Elles avaient rendez-vous avec l’Aventure !

Fallait oser et elles l’ont fait. Elles, se sont les guides-aînées venues de toute la France pour participer au WAP ! (Week-end Aventure pilote pour les non-initiés !). Un week-end consacré aux activités sportives, au jeu et aux défis techniques. « L’aventure scoute ne s’arrête pas après la compagnie, tu pourras en témoigner » écrit la commissaire nationale de la branche guides-ainées, Béatrice Leconte, dans le mot d’accueil qu’elle adresse aux participantes. «  Grandir, devenir adulte ne doit pas rimer avec routine, canapé, repli sur soi, peur du dépassement, ni l’usure de tes forces ou découragement par manque de connaissance de toi ou par des engagements « trop tôt » ou « trop vite ». Au contraire ! Être au seuil de ta vie adulte c’est un Élan extraordinaire pour te révéler à toi-même et aux autres. Vis à fond ce WAP comme si la construction de ta vie personnelle en dépendait : qu’elle (grande) personne veux-tu être demain ? Quel(s) défis sur ta nature et celle qui t’entoure OSERAS-tu relever ? Au fond : où est ton trésor ? A toi de jouer l’aventure du WAP et de le trouver ! »

Le tempo était lancé il ne restait plus qu’à jouer la partition. Nous sommes allé à la rencontre de quelques « WAPeuses » pour recueillir leur impression.

LogoWAP

Myriam Coquet : Membre de l’équipe nationale feu et adjointe de Béatrice (Leconte CNF) 

– Myriam quel est ton rôle sur ce week-end aventure pilote ?
Je suis venue pour rendre service et renforcer l’équipe d’organisation et d’animation. C’est toujours des moments forts à vivre et à partager avec les pilotes sur le terrain l’occasion aussi de les rencontrer.

– Comment est venue cette idée de WAP ?
Ce qui a déclenché l’idée de monter un week-end aventure c’est l’impression qu’à l’équipe pilote on ne fait que marcher et prier. En réalité c’est l’aventure des guides qui continue à l’âge aîné ! On constate que c’est plus facile pour les pilotes d’organiser un petit temps de marche et un temps de prière que d’organiser des vraies aventures, parce que comme elles sont plus âgées, plus exigeantes et que cela demande plus d’investissement… MAIS à l’âge pilote c’est encore le temps du jeu, de l’Aventure avec un grand A. C’est l’occasion de se lancer des vrais défis techniques et sportifs. A l’âge pilote il faut continuer à vivre l’aventure. Au sein des feux, dans une activité d’équipe pilote, sur un week-end, on peut tout à fait insérer le grand A de l’Aventure avec un relais optique, une activité VTT, le tir à l’arc bien sûr – dans un club par exemple, mais aussi un grand jeu organisé pour découvrir une région. On peut vivre ces activités à l’équipe pilote, et il le faut parce que ça fait vraiment partie de notre pédagogie.

C’est l’occasion ranimer les braises aux feux qui ont perdu leur flamme ?
Oui, en quelque sorte, après tout est une question d’équilibre. Le rassemblement de Paray-le Monial chaque année a l’ambition de faire découvrir la route proprement dite. A 800 c’est plus difficile d’organiser ce type d’activités sportives… Toutes les Cheftaines de Feux et Assistantes Cheftaines de Feux sont invités à venir en REGA pour bien découvrir cette pédagogie dans toutes ses dimensions. Si le moteur est la marche, il y a, comme dans toutes les activités scoutes, le sens de Dieu qui est présent bien sûr et aussi l’aventure scoute à vivre. Adaptée à l’âge pilote, elle se vit de manière différente que dans une compagnie. C’est vraiment une dimension qu’il faut redécouvrir dans notre branche et que l’on veut vraiment remettre à l’honneur.

 

Capucine Mommeja: Membre de l’équipe nationale feu et de l’équipe d’organisation du WAP

Le WAP c’était l’occasion de proposer un week-end national pour tous les feux de France afin qu’elles puissent se retrouver et vivre ensemble une grande aventure à la fois sportive avec du canoë, du tir à l’arc, de l’escalade, etc. mais aussi un grand jeu, une belle veillée, danse folklorique…

 

Florence Petiet: Membre de l’équipe nationale feu et de l’équipe d’organisation du WAP

Nous avions la volonté de provoquer la rencontre entre différents feux en organisant un événement spécial pour les guides-aînées pilotes. La branche rouge c’est vraiment une branche à part entière où elles sont toutes guides-aînées pilotes… où nous avons toutes ce foulard bois de rose qui nous unies et donne pleinement cette dimension d’aînées en service. D’où l’idée de cet événement axé sur l’aventure, le jeu. A l’âge pilote on a encore envie de jouer, de s’amuser, de passer des bons moments… Il y a aussi l’idée de proposer une route comme elles pourraient la vivre en route d’été avec indépendance du matériel et de la nourriture en proposant des activités diversifiées.

 

Hélène Gautier : Membre de l’équipe nationale feu et de l’équipe d’organisation du WAP

Hélène, tu es en charge de la logistique de ce week-end. Comment s’est passée la préparation ?
C’est un sacré challenge. Nous n’avions que deux mois pour la préparation ce qui était un peu court. On nous a proposé ce lieu et rapidement nous avons remarqué qu’il y avait pas mal d’activités sportives autour offrant la possibilité de marcher sur des routes et GR facilement pour passer entre les bivouacs. Contrairement à Paray-le-monial nous ne connaissions pas du tout le terrain. Il a fallu décider au fur et à mesure des emplacements. Nous avons appelé les mairies, les prêtres autour et reçu l’aide d’un super prêtre un peu plus haut dans la région qui nous a indiqué les bons chemins et ce qui pouvait être fait. Les gens ont été accueillants et, grâce aussi à la providence, Béatrice et Capucine ont trouvé le dernier bivouac chez des propriétaires qui nous ont formidablement bien accueillies.

Pourquoi organiser un tel week-end ?
C’était important de faire ce week-end, parce qu’il fallait un pendant au rassemblement de Paray-le-Monial qui est un pèlerinage. On entend souvent dire que les guides-aînées c’est l’antichambre du couvent… et on voulait montrer que ce n’est pas le cas. Ce qui n’enlève rien à la dimension spirituelle de notre scoutisme mais il existe une très belle aventure à vivre entre filles de 17 à 19 ans après la compagnie. C’est une dimension vraiment forte chez les guides-aînées que nous voulions mettre en avant. Le but était de faire un week-end aventure avec un défi sportif de autour d’activités qu’elles pouvaient choisir. Nous avons même organiser un grand jeu pour leurs montrer que l’aventure c’est aussi de jouer et d’apprendre toujours en jouant. Le week-end s’est conclu par une messe où nous avons la joie d’avoir la présence de Monseigneur Armand Maillard, Archevêque de Bourges

Rendez-vous à l’année prochaine ?
Pourquoi pas… le rythme un an ou deux ans, il faut voir comment cela rentre dans la pédagogie mais c’est quelque chose, je pense, qui doit être fait parce que ça donne un punch à la branche. Ça pourrait avoir un intérêt de le proposer tous les ans dans chaque feu il y aura des filles de première et de deuxième année. Les deuxièmes années pourraient prendre part à la préparation, donner des idées, etc.

Ombeline de Freslon : « C’est ma cheftaine de feu qui m’a proposé de venir, du coup elle m’a montré la petite affiche. Ils ont réalisé une petite vidéo et ça avait l’air assez sympa. Pour rencontrer d’autres guides-aînées parce que je suis la seule de mon feu à être venue (de Rennes), du coup je me suis ralliée au feu de St Brieuc. C’est sympa de découvrir d’autres gens, de faire connaissance… Je suis plutôt contente et partante pour une autre édition !

Julie Stagliano : Cheftaine de feu de St Brieuc / feu de district Côtes d’Armor :
C’est notre commissaire de district qui nous a proposé de participer au WAP. Ce qui nous a décidé a venir c’est la perspective de faire des activités sportives et aussi rencontrer d’autres filles de toute la France, on trouvait ça intéressant. Tous les ans ça pourrait être bien parce que cela donnerait un point de rendez-vous chaque année. Je pense que cela manquait parce qu’il n’y a pas beaucoup de week-ends proposés avec marche et sport et je trouve que la partie sport est super importante et super intéressante aussi.

Alix de Villartay : Equipière pilote du feu de St Brieuc :
Très contente. Motivée pour venir, à plusieurs, se retrouver et faire quelque chose de différent dans l’année. On s’est bien réparti les tâches et on a pu faire la marche, les activités, etc. Paray, on avait plus de témoignages, etc. Ici, on est plus dans l’activité physique. Partante pour recommencer l’an prochain.

Apolline Faria Equipière pilote du feu de St Brieuc :
C’est différent de Paray, plus sportif, on fait plus d’activités. C’est bien qu’on se retrouve entre filles de toute la France et qu’on fasse des activités ensemble.

Agnès Dehelly Cheftaine de feu de la Brie :
Ce qui me plaît beaucoup c’est cette notion d’aventure et le fait qu’on vienne de toutes les régions. Ce qui manque un peu chez les guides-aînées c’est cette notion d’aventure, d’activité différente et là je retrouve cette dimension que j’aime beaucoup ; pas par rapport aux guides mais plutôt aux routiers. Complètement partante pour l’année prochaine !

Elinore Guillemot de Liniers Cheftaine d’équipe du feu de la Brie :
On trouve que c’est vraiment sympa. On retrouve des filles qu’on a croisées à Paray, dans d’autres formations, dans nos années précédentes guides, c’est super sympa et les activités sont vraiment chouettes. On voit vraiment toute la fraternité GA, on n’est pas juste le petit feu de la Brie dans son coin : les guides aînées c’est vraiment toute la France ! Effectivement, ça peut me donner des idées… on s’est bien amusées au tir à l’arc, pourquoi pas le refaire en équipe… Partante pour l’année prochaine !