Fête du Vénérable Jacques Sevin

PereJ.Sevin

« Le scout n’est-il pas par définition l’homme qui campe et qui décampe,
c’est à dire qui est toujours libre, dégagé, prêt à partir, prêt à s’installer. »

Vénérable Jacques Sevin

A l’heure où partout en France de nombreux camps scouts sont organisés, c’est l’occasion de rappeler en ce Mercredi 19 juillet 2017 – Fête du vénérable Jacques Sevin – l’importance de l’action menée par le Père Sevin dans la création du mouvement scout en France. Après sa rencontre avec Baden-Powell, le fondateur du scoutisme, le père Sevin fait apparaître la spiritualité catholique au sein de la méthode scoute par ses livres, ses articles dans les revues de chefs et les paroles de nombreuses chansons. Il met l’accent sur la Bonne Action (B.A.) de Baden-Powell dans le sens du service chrétien. Il développe la dimension ecclésiale du scoutisme catholique. La patrouille devient une équipe de frères scouts dont le sens est donné par le Christ car, pour le père Sevin, le scout est un chrétien dont le souci est de faire grandir le Christ autour de lui. Le don de soi, vertu scoute éminemment chrétienne encouragée par Baden-Powell intègre pleinement la spiritualité catholique qu’il insuffle au mouvement. « Le scout est une âme en marche vers la perfection » disait-il.

il s'agit d'une photo de la direction du premier Camp National Scouts de France qui se tint à Chamarande (Seine et Oise, aujourd'hui Essonne) du 31 juillet au 11 août 1922. De gauche à droite : Au 3ème rang : Lucien Goualle (Secrétaire Général Adjoint, SM 3ème Paris), Alphonse Vix (Commissaire de Province d'Alsace), Edouard de Macédo (Secrétaire Général, Commissaire de Province d'Île de France), Maurice Barrier (SM 11ème Paris puis Commissaire de District de Versailles), Mmes Convert et Maugart (chargées du service de La Hutte), Louis Maugard (Commissaire de Province de Picardie), Abbé Joyeux (Aumônier 1ère Aix en Provence); 2ème Rang : RP Jacques Sevin S.J. (Commissaire Général et Mestre de Camp), Mme André-Thome, Général Arthur Guyot d'Asnières de Salins (Chef Scout), Chanoine Antoine Cornette (Aumônier Général), Mlle Dalraux de Bécourt, Docteur Bouniol, Mlle Vigneron; 1er rang : Jean Renard (SM 1ère Strasbourg), Etienne Van Hoof (Commissaire International des Baden Powell Belgian Boy and Sea Scouts), Jean Lefèvre (Commissaire de District de Dijon), Hubert Verley (fondateur de la Hutte, SM 12ème Paris). Les deux infirmières portent l'insigne en drap du camp (un feu de camp). Cette photo est parue dans la revue "Le Chef" de septembre-novembre 1922 (N° 7-9), page 101

Premier camp national Scouts de France à Chamarande. Jacques Sevin est au 2e rang, tout à gauche.
Source :  Scout de France

Prêtre, poète, éducateur et commissaire à la formation des chefs au camp de Chamarande (Essonne) marque le mouvement de son empreinte. Les chefs formés par le père Sevin vont être à la source d’un premier « âge d’or » du scoutisme catholique dans les années 1920, ce dont nous sommes encore largement redevables.

Le père Jacques Sevin s’engage quelques années plus tard à la demande d’anciennes cheftaines dans la fondation de la congrégation de la Sainte Croix de Jérusalem. Il rejoint la maison du Père le 19 juillet 1951 et repose à Boran-Sur-Oise. Il a été déclaré Vénérable le 10 mai 2012.

 

« La rencontre entre la méthode scoute et les intuitions du P. Sevin, s.j., a permis d’élaborer une pédagogie basée sur les valeurs évangéliques, où chaque jeune est conduit à s’épanouir et à développer sa personnalité en faisant fructifier les talents qu’il porte en lui. »

Jean-Paul II, Lettre apostolique aux responsables de la Conférence internationale catholique du scoutisme (CICS), septembre 1998.

 

La Loi Scoute

Ceux qui hochent la tête avec un air de doute,
Lorsqu’ils te voient porter les trois doigts au chapeau,
C’est qu’ils ne savent pas mon fils combien est beau,
Ce geste évocateur de ton humble loi scoute.

Ton uniforme n’est pour eux qu’un travesti,
Ta loi qu’un abrégé de morale laïque,
Mais cette loi d’honneur qui te rend véridique,
Elle doit plaire au Dieu Qui n’a jamais menti.

Bonne loi qui t’oblige à servir ton prochain,
A partager à tous ton âme fraternelle,
Je pense que Jésus reconnaîtrait en elle
La loi du bon pasteur et du samaritain.

Elle ose t’imposer la paix et le sourire,
Pour voiler ta maîtrise et ton renoncement.
Elle doit plaire au Dieu qui sourit doucement
Malgré l’intime horreur de Son constant martyr.

Elle te dit soit pure en ton corps et ton cœur,
Et que ton âme blanche ainsi qu’un lys émerge,
Elle doit plaire au Dieu qui naquit de la Vierge,
Elle doit plaire au Dieu qui vit parmi les fleurs.

Laisse donc plaisanter, plaisanter est facile,
S’ils devaient l’observer, ils n’en glousseraient plus,
Ta loi scoute elle est simple, et sens bon l’évangile,
Tu peux en être fier, c’est la loi de Jésus.

Père Sevin