Notre père qui es aux cieux !

Depuis ce dimanche 3 décembre 2017 –  1er dimanche de l’Avent , en France, la nouvelle traduction du Notre Père remplace de manière officielle lancienne formulation dans toute forme de liturgie publique.

Prions ensemble le Notre Père
Nous le savons, comme le firent les premiers disciples, la première demande que nous faisons au Christ est « Seigneur, apprends-nous à prier ». Jésus nous a donc enseigné cette prière que nous connaissons si bien, que nous récitons quotidiennement et plusieurs fois par jour, le « Notre Père ». En priant ainsi, à la suite du Christ, nous mettons notre vie entre les mains du Père, avec foi, espérance et charité, dans le souffle de l’Esprit qui fait vivre, nuit et jour. Au camp, lors de la montée des couleurs, c’est la prière que nous récitons pour l’unité de tous les chrétiens.

Pour être plus près du texte que nous a enseigné le Christ, l’Église a réfléchi sur la traduction de la sizième demande, celle qui parle de notre combat sur terre, celui de l’épreuve de la tentation, si redoutable pour le fidèle. Rappelons-nous que le Seigneur, à Gethsémani, a fait cette demande avant de s’en remettre à son Père. C’est pourquoi, il a été décidé que cette sizième demande soit « ne nous laisse pas entrer en tentation ».
Nous le récitons ainsi depuis notre entrée dans la nouvelle année liturgique, le premier dimanche de l’Avent.

Pour marquer cette entrée et notre marche vers Noël, nous voulions offrir à chacun de vous, en guise de cadeau, cette carte du Notre Père, sa version latine et sa traduction actuelle en français. Elle pourra être emportée lors de nos sorties, de nos camps et bien sûr tous les jours, accompagnant notre prière. Quand nous l’utiliserons, nous serons unis par la prière.

Bonne entrée dans l’Avent, dans l’attente de la joie de Noël.

Avec notre plus fraternel salut scout.

Isabelle Nicpon                                                  Michel-Henri Faivre
Commissaire générale guide                           Commissaire général scout