Un réseau plein d’espérance !

Camp des Patrouilles Libres Guides, Château de Contresols au village Le Donjon (03) du 16 au 28 juillet 2017.

Fabuleux ! Génial ! Super !

Un résumé de ce qu’il ressort des réactions spontanées exprimées à l’issue du grand rassemblement final de ce camp national de guides.

Quelle belle étoile a brillé sur ce camp du réseau national des patrouilles libres guides cet été !

Petit retour en arrière…

L’année de tous les défis pour ce réseau national des patrouilles libres. Anciennement divisé en plusieurs « constellations », il a été décidé, à l’instar du « réseau de l’araignée » chez les garçons, de regrouper les constellations en un même réseau national avec une cheftaine de réseau accompagnée d’une maîtrise.

Ce camp revêtait un caractère particulier sous cette nouvelle organisation et s’annonçait comme un défi pour toutes les cheftaines lancées dans l’aventure.

683-CampPL-LG-270717

Pour Marie-Claire Sider, cheftaine du réseau, ce fut un véritable challenge. « La préparation représente un énorme investissement en temps. Pour un camp pareil avec 250 guides, il faut que tout soit millimétré, avoir tout pensé à l’avance et s’appuyer sur une équipe motivée ».

Instigatrice de cette nouvelle formule, regrouper sous une même bannière l’ensemble des anciens réseaux, il lui fallait, au-delà de sa propre conviction, prouver que cela pouvait marcher sur le terrain. «  Je suis intimement convaincue que le nouveau système est bon. Les patrouilles ont trouvé leur place dans le réseau et l’identité des anciens réseaux s’est estompée petit à petit. Le rôle des « marraines * » a vraiment bien fonctionné. Elles s’attachent de plus aux patrouilles qu’elles accompagnent tout au long de l’année. Comme elles sont proches géographiquement, elles sont parfaitement légitimes pour créer des compagnies avec les patrouilles qui se regroupent au fur et à mesure. C’est vraiment ce que l’on souhaitait. ». Trouver un lieu où camper pendant quinze jours avec 250 guides dans un même lieu et dans de bonnes conditions n’était pas une mince affaire et pourtant … Château, terrain plat, de l’espace, accès à une chambre froide et propriétaires accueillant, un cocktail qui ne pouvait que bénéficier au succès de ce camp. «  J’ai connu ce lieu de camp il y a une dizaine d’années avec un réseau de province. Je savais qu’ici, pour faire camper 250 guides, cela serait possible, que nous aurions largement l’espace nécessaire pour la répartition des patrouilles, des points d’eau et d’intendance. ». Cela restera une expérience extraordinaire pour celle qui œuvra à la mise en place de ce réseau. Les yeux un peu embués de devoir transmettre le flambeau mais le cœur gonflé du travail bien fait et du chaleureux témoignage d’affection que lui ont adressé les 250 guides. «  C’est une expérience extraordinaire parce que l’on a l’impression de ne jamais être prêt à vivre une telle aventure. Finalement cela se fait. Chacun prend sa place, sa part de responsabilité. Chacune a vraiment quelque chose à apporter. Les guides sont supers, les patrouilles formidables, unies, débrouillardes. Ce fut un vrai bonheur de les voir évoluer. Pas facile de les quitter après un tel camp. Je m’étais bien préparée mais là, j’avoue avoir le cœur gros. » En grande cheftaine, Marie-Claire aura quelques mots d’encouragements pour celle qui va lui succéder. « Qu’elle ait confiance dans les guides et dans les cheftaines qu’elle va conserver, la maîtrise va rester en grande partie. Il y a des bases très solides sur lesquelles elle peut vraiment s’appuyer. Il y a encore des choses à améliorer puisque c’est un système qui se met en place. C’est une expérience très belle qui s’ouvre à elle et beaucoup de joie à la clé. ». Ce n’est qu’un au-revoir Marie-Claire et un grand merci à l’unisson des guides qui ont su par leurs cris (nombreux… !!!) et leurs chants émouvoir leur cheftaine qui achevait ainsi ses deux années à la tête du réseau des patrouilles libres guides nouvellement rebaptisé : Réseau Etoile de l’Espérance !

LG

* « Une marraine est en quelque sorte une grande sœur pour les patrouilles. C’est une assistante du réseau, formée branche éclaireuse et qui rassemble autour d’elle les patrouilles les plus proches géographiquement. Elle guide, conseille et accompagne les chefs de patrouilles sans pour autant être leur cheftaine. »

CampPL-GD-270717

Elles ont dit :

Charlotte (Marraine) première participation : « C’était magnifique ! Une ambiance très chaleureuse, festive, la joie scoute, le service. J’ai retrouvé toutes les valeurs que j’avais découvertes à la compagnie mais en multiplié. »

Mathilde (Marraine) : « Fantastique ! Trop bien ! Très différent des camps de compagnie. Au début je pensais que ce serait moins familial ; avec 250 guides, ça paraît trop gros et en fait pas du tout, c’est juste différent. L’organisation est beaucoup plus importante et l’ambiance est géniale. »

Agnès (Marraine) : « L’arrivée hyper angoissante face au nombre de guides et de l’ensemble du travail à faire pour une petite maîtrise qui me paraissait vraiment énorme. Au final, tout s’est bien déroulé, très beau camp, une superbe équipe de maîtrise et une très bonne ambiance. »

Albane (Marraine – 3ème camp patrouille libre) : « J’appréhendais un peu d’avoir autant de guides mais on ne s’en rend pas compte. Il y avait une super équipe ! »

Marie (Marraine) : « J’ai toujours été en patrouille libre, j’aime bien l’esprit des patrouilles libres. On découvre des façons différentes de vivre le scoutisme et on partage avec des patrouilles venues d’autres régions ou pays, comme la Guyane et l’Irlande durant ce camp. Je suis au Pays-Bas cette année et je vais aider les patrouilles libres là-bas. »

Charlotte : « L’ambiance de la maîtrise était super, les guides étaient vraiment géniales. Je vais être marraine l’an prochain. »

Clémence (Infirmière de camp)  : « C’est impressionnant pour les filles de se retrouver dans un camp si grand et aussi pour les cheftaines d’arriver à gérer ça ; on ne se rend pas compte que l’on arrive à faire des choses pareilles. » (3 guides à l’hôpital sur 250 pour deux semaines de camp pour des sutures et des radios !)

Juliette : « J’ai totalement découvert les patrouilles libres que je ne connaissais pas du tout. C’est très impressionnant d’arriver dans un camp de 42 patrouilles alors qu’en compagnie il n’y a qu’une trentaine de guides. C’est une belle mentalité et une expérience positive. »

Athénaïs : « J’ai déjà été cheftaine de compagnie mais là ça n’a rien à voir, c’est beaucoup plus de responsabilité. J’étais responsable d’un sous-camp et c’est très prenant. Tout le monde a été super mais il faudrait pouvoir compter sur quelques cheftaines en plus ; le nombre idéal serait entre 16 et 20 pour l’encadrement. »

Anne : « Il y avait une bonne maîtrise et tout le monde s’entendait bien. »

 Laure (Intendante) : « J’ai répondu à l’appel de Marie-Claire qui cherchait quelqu’un pour gérer l’intendance d’un gros camp. Je peux vous assurer que les guides, ça mange bien et que les kilos de pommes de terre sont bien partis ! Ce camp, c’est un peu une redécouverte car cela faisait très longtemps je n’étais plus chez les guides. Ça fait du bien de retrouver un esprit fraternel, très solidaire, beaucoup d’entraide. »

Marie (Ancienne responsable de réseau): « J’ai pris la responsabilité d’un des bivouacs et je l’ai plutôt bien vécu… Je repars avec l ‘envie de continuer et j’ai l’intention de servir là où je me sens utile. »

Album souvenir ! Florilège d’images

Reportage photos réalisé grâce au concours de Gersende Duhail, Athénaïs Blehaut et Laurent Garnier