A l’occasion du 98ème anniversaire de l’armistice de 1918, le « Comité de la Flamme sous l’Arc de Triomphe – Flamme de la Nation » a organisé sa traditionnelle veillée d’honneur au tombeau du Soldat Inconnu, le vendredi 11 novembre.

Répondant à l’invitation du Général d’Armée Bruno Dary, Président de la Flamme, plusieurs unités scoutes se sont rendues à la cérémonie.

Des autorités civiles et militaires, des associations adhérentes au Comité de la Flamme, des mouvements et formations de jeunes (lycées militaires et civils, scouts…) se sont regroupés au carrefour Champs-Élysées pour défiler jusqu’au pied de l’Arc de Triomphe. Après plusieurs lectures et intermèdes musicaux il a été procédé à un dépôt de gerbe, au ravivage de la Flamme et à la sonnerie aux morts. La suite de la cérémonie s’est poursuivie par l’extinction du flambeau du Relais sacré, la signature du Livre d’or et les remerciements aux participants qui ont été invité à se retrouver pour boire un vin chaud.

Pour les plus jeunes, cette cérémonie du souvenir restera marquée dans leurs esprits et c’est les yeux brillants et pétillants qu’ils pourront, à leur tour, transmettre cette Flamme pour que jamais l’on oublie.

Quelques rappels historiques :

Le symbole de la Flamme sous l’Arc de Triomphe

Afin d’éviter que le tombeau du Soldat inconnu ne sombre dans l’oubli, le journaliste Gabriel Boissy suggère en 1923 qu’une Flamme du Souvenir veille nuit et jour sur la tombe sacrée.

Le 11 novembre 1923, la Flamme est allumée par André Maginot, alors ministre de la Guerre. Depuis cette date, la Flamme ne s’est jamais éteinte et chaque soir, à 18h30 sous l’Arc de Triomphe, une cérémonie solennelle de ravivage y est organisée. Ce cérémonial n’a jamais cessé depuis, même sous l’Occupation.

La Flamme du Souvenir et le tombeau du Soldat inconnu sont aujourd’hui le symbole du sacrifice de tous ceux qui sont morts sur les champs de bataille pour que nous vivions dans un pays libre. La Flamme est également devenue, depuis la Seconde Guerre mondiale, le symbole de l’espérance dans l’avenir et de foi dans le destin de notre pays.

Elle brûle devant le tombeau du Soldat inconnu comme un perpétuel souvenir de ceux qui ont donné leur vie pour la France.

Pour les jeunes générations, participer à la cérémonie de Ravivage de la Flamme est avant tout un devoir de mémoire et un geste citoyen. Par leur présence, elles témoignent de leur volonté à entrer dans la communauté de citoyens dont ils seront bientôt les forces vives.

Le tombeau du Soldat inconnu

Après la signature de l’Armistice à Rethondes (Oise) le 11 novembre 1918, la France entame une longue période de deuil : 1,4 million de soldats sont morts ou disparus, 3,6 millions sont blessés, plus de 500 000 ont été faits prisonniers. Les corps des soldats sont rassemblés et inhumés dans des cimetières militaires et des nécropoles nationales, comme Notre-Dame-de-Lorette (Pas-de-Calais) ou Douaumont (Meuse). Les ossuaires regroupent les corps non identifiés. Toutes les communes élèvent des monuments aux Morts.

Le 20 novembre 1916, alors que la bataille de Verdun fait encore rage, le président du Souvenir Français de Rennes, F. Simon, suggère que la France honore, au Panthéon à Paris, un soldat mort pour la Patrie. L’idée est lancée. Le 8 novembre 1920, les députés votent une loi à l’unanimité afin que les honneurs du Panthéon soient rendus aux restes d’un des soldats non identifiés « mort au champ d’honneur » et sa dépouille  inhumée sous l’Arc de Triomphe.

Huit corps de soldats non identifiés, recueillis dans les différents secteurs du front sont alors transportés dans la citadelle de Verdun. Le 10 novembre 1920, le soldat Auguste Thin, fils d’un combattant « Mort pour la France », est choisi pour désigner « le Soldat inconnu ». En présence du ministre des Pensions, André Maginot, il est chargé de déposer un bouquet sur l’un des huit cercueils qui sera transporté à Paris. Le 11 novembre 1920, après une cérémonie émouvante au Panthéon, ce cercueil est déposé dans l’une des salles de l’Arc de Triomphe aménagée en chapelle ardente. Le 28 janvier 1921, Le « Soldat inconnu » est inhumé dans un caveau sous l’arche principale face aux Champs-Élysées.

Source : www.laflammesouslarcdetriomphe.org

Au soldat inconnu
 
Qui es-tu,dépouille choisie
Parmi le peuple des soldats
Qui sont tombés pour la patrie
Et que nous ne connaissons pas ?
 
Fils,époux,père?Tous les âges
Sont confondus dans ce tombeau
Tous les espoirs,tous les courages,
Tous nos frères,tous nos héros.
 
A tant de noblesse amassée
Ta douloureuse obscurité
Ajoute la marque sacrée
D’une éternelle humilité.
 
Veille sur nous,héros,exemple !
Reçois sans honte les honneurs
Que nous te rendons sous ce temple
Où souffrent toutes nos grandeurs !
 
En attendant que l’on te nomme
Par ton nom,en plus haut lieu…
Car encore inconnu des hommes
Soldat,tu ne l’es pas de Dieu.
 
Henri Ghéon
 
Reportage réalisé par Jean-Marc Audirac