Vol 714 pour… Cracovie !

Le monde, dit-on, appartient à ceux qui se lèvent tôt ! C’est du moins ce que se dit, pour se réconforter, la cinquantaine de Lyonnais qui patiente à la gare routière en ce dimanche matin.
Les routiers et guides-aînées scouts d’Europe sont en effet nombreux à avoir revêtu leur tenue de service pour se rendre aux Journées Mondiales de la Jeunesse de Cracovie. C’est une belle façon d’honorer l’engagement de la Promesse, que de choisir de rejoindre les équipes de volontaires qui vont permettre sur place le bon déroulement de cette incontournable rencontre de la jeunesse catholique : voilà bien une occasion de servir d’un même coup Dieu, l’Église et l’Europe !
Certains ont d’autant plus de mérite que, chefs ou cheftaines dans une unité, ils ont choisi de camper tôt en juillet pour ajouter cette semaine de service à tout le temps qu’ils ont déjà donné pour les jeunes qui leurs sont confiés. Mais nous sommes conscients qu’à nous qui avons beaucoup reçu, il nous est demandé davantage.
Les vingt-quatre heures de car se déroulent au rythme de la vie de route, ponctuée de ces belles habitudes que prennent les aînés du mouvement : chanter en chœur l’Angélus, se confier à Marie dans la prière du chapelet, et prendre enfin une heure de silence et d’oraison pour se laisser toucher par la grâce et faire le point sur ses engagements personnels. Les routiers et guides-aînées emmènent avec eux à Cracovie ce qui fait leur ADN : cette pédagogie vivante et maintes fois pratiquée, qui a tissé en eux le style simple et joyeux qu’on leur connaît.
Lors de la pause, on s’empresse d’empiler quelques sacs pour former un autel de fortune : la messe est bientôt célébrée, au beau milieu de l’aire d’autoroute !
Le reste du temps, c’est à qui connaîtra le plus de chants… Les chauffeurs de car vont bientôt connaître par cœur le répertoire du Hodari !
Puis le soir, nous nous endormons bercés par les rêves héroïques que nous inspire la vie du grand Karol Wojtyla, remémorée par un long-métrage brillamment mis en musique par Ennio Morricone.
On passe en Allemagne, et les noms de certaines villes rappellent de bons souvenirs à ceux parmi nous qui ont eu la chance de partir camper à l’étranger ou de vivre un Erasmus. Scouts et Guides… d’Europe, absolument !
À la frontière, nous sommes attendus par la douane : on s’essaie alors au polonais… Mais le contrôle est de courte durée : le sens du concret n’est pas un vain mot, et les papiers d’identité avaient tous été rassemblés pour faciliter le passage. La police des frontières, heureusement surprise de cette efficacité, ne cache pas son admiration.
A l’heure où je finis d’écrire ces lignes, nous ne sommes plus qu’à quelques encablures de Cracovie : l’aventure ne fait que commencer. Dieu merci, personne ne ronfle trop fort : je vais peut-être pouvoir me reposer un peu avant d’arriver, à l’aube, lundi matin…
De notre envoyé spécial à Cracovie Paul Sugy
Car numéro 7 au départ de Lyon.