Mon Dieu, que la montagne est belle !

Imaginez ! La veille de Noël quelque part dans les Alpes dans un décor féérique. Le feu scintille, des tentes sont dressées, la lune est claire et des voix s’élèvent dans un chant…

Vous y êtes !

C’est ce qu’ont pu vivre les participants à ce camp école préparatoire à la spécialité montagne du 17 au 24 décembre dernier au pied du Grand Pic de la Lauzière, à côté de St François Longchamp.

Côté Guides

Amélie Lamotte en a rapporté des images inoubliables; elle raconte : « J’avais très envie de réaliser ce reportage, les conditions étaient excellentes et j’ai pu saisir ces moments de vie. C’était un camp école préparatoire à la spécialité en montagne qui regroupait près d’une centaine de chefs (40) et cheftaines (45) selon 4 niveaux de formations différentes. L’encadrement spécifique montagne était assuré par des spécialistes de l’Equipe Technique Nationale – « Le Bouquetin » – qu’il faut saluer pour leurs compétences et leur aide précieuse. »

Hélène Fréreau, Commissaire Nationale Guides et mestre de camp pour la partie guides, souligne l’enthousiasme qui a régné pendant tout le camp.

« C’était une première en montagne pour la section guides et une vraie réussite grâce, entre autres, à la compétence du Bouquetin dirigé par Véronique Dupré (ETN Montagne). Nous étions 4 camps de formation distincts sur un même site, afin d’amortir la location du refuge et profiter conjointement des compétences de l’ETN Montagne et des moyens techniques. Ces camps, vécus côte à côte, se sont déroulés dans une entente parfaite et respectueuse des spécificités de chaque branche. Quelques points communs nous ont réunis comme les deux messes de début de semaine, les rassemblements d’ouverture et de clôture, le partage d’un repas festif en fin de semaine ainsi qu’une veillée de clôture. »

Les guides ont su suppléer à un manque de savoirs techniques et de culture montagne par un esprit d’entraide fort et surtout par un grand respect du savoir et compétences de l’ETN Montagne. Les cheftaines se sont ainsi familiarisées avec le matériel (ARVA, pelles, sonde,…), ainsi qu’avec les techniques de matelotage et de topographie spécifiques à la montagne. Elles ont pu mettre ces techniques en application lors de courses d’orientation et d’un rallye technique. Elles ont aussi découvert le Pass Montagne, en plus des habituels enseignements sur la pédagogie et la méthode.

Le passage des scouts un jour avant sur le bivouac de raid a permis aux guides de profiter de l’expérience technique d’installation et surtout de se sentir gardiennes d’un effort qu’elles n’auraient pas pu et/ou su fournir en fin de CEP. Cette complémentarité a permis aux guides de s’installer avec confort et offrir une veillée danse-festive hors du commun en haute montagne !

« Pour certaines cheftaines, c’était la première fois qu’elles marchaient en raquette. La dureté de la montagne a permis à toutes de se fédérer, c’est dans l’effort que l’on est plus fort. Désormais décongeler l’eau des jerricans, allumer un feu près avoir gratté le givre sur le bois ou mettre des chaussures durcies par le gel malgré le papier journal, tout ceci n’est plus qu’une formalité » conclut Hélène Fréreau avec un large sourire pour preuve de la belle ambiance qui a régné sur le bivouac.

Ce projet de faire vivre durant une semaine 40 chefs scouts et 45 cheftaines guides a été positif. Chacun a su se motiver tout en dormant dehors, vivant ainsi avec détermination et volonté un scoutisme au dépassement de soi réel. (A noter que les conditions climatiques étaient favorables pour des non-habitués au campisme en montagne hivernale.)

L’œil rivé à sa caméra, Amélie s’émerveille devant la nature : « Le paysage nous rappelait sans cesse notre pauvreté face aux merveilles de Dieu. Nous attendions avec impatience la venue du Sauveur, nous qui étions nomades avec Marie et Joseph. »

Côté scout

Prendre une semaine sur son temps de vacances juste avant Noël pour aller se former à la méthode scoute et aux techniques en montagne, il fallait être motivé!

C’est donc une quarantaine de chefs sur-motivés qui ont répondus à l’appel. Vivre une aventure dans le massif de la Maurienne pour prendre de la hauteur sur la pédagogie scoute. Un camp situé au pied du refuge du Lac de la Grande Léchère durant lesquels ces jeunes chefs ont alterné entre vie de camp et vie en patrouille. Victor Liautaud, en charge de la formation du 1er degré, est conquis par la motivation des stagiaires : « C’est un beau témoignage de don de soi. Ils viennent se former pour apprendre à donner aux autres et n’hésitent pas à braver les difficultés et une météo difficile alors qu’ils pourraient rester au chaud à la maison. Nous leur avions concocté un programme riche en activités, avec notamment bivouac en montagne, cuisine sur feu de bois et veillées en yourte. S’y ajoutaient des sessions pédagogiques qui reprenaient les 15 éléments du scoutisme, la progression personnelle, la connaissance du garçon. Au niveau de la technique, plusieurs ateliers ont été organisés pour mieux appréhender les techniques de mouflage (encordage et progression en sécurité avec les cordes), le DVA (Dispositif Victime Avalanche), les courses en montagne. Sur le plan personnel et spirituel, nous avons abordé la progression personnelle (Heure Route, Eucharistie, confession, parrainage routier, vertus du chef scout).

De formidables intervenants sont venus témoigner de leurs expériences dans le cadre de sessions ou de conférences : un commandant de peloton de Gendarmerie de Haute Montagne, un ex-membre de la communauté Cenacolo, le Commissaire National Eclaireur. Une semaine sans neige au camp de base mais avec des nuits venteuses et des veillées scoutes qui ont plongé les participants dans l’imaginaire des Histoires et Contes en montagne.

En cette semaine de l’Avent dans l’attente de la venue de l’enfant Jésus, ne nuit d’adoration complète a été organisée. Un temps de prière et de recueillement ouvrant la voie a un temps d’épreuve physique, un raid de 24h en raquette durant lequel chaque patrouille se construit une vraie forteresse en neige pour se protéger du froid nocturne et gravit au soleil levant le col de Sarvatan avant de redescendre en rappel suisse de l’arrête rocheuse.

Le camp se termine par un grand festin montagnard partagé avec le CEP Guide et une veillée commune contant la formation des chefs dans les Alpes!

De magnifiques souvenirs, encore une belle aventure vécue sous le regard du Christ.

Maîtrise du CEP Scout :
Etienne Bublot, Mestre de camp CEP2 et responsable de camp (BAFA)
Victor Liautaud, Mestre de camp CEP1
Père Gaspard Craplet, Conseiller religieux
Père David de Lestapis, Conseiller religieux
Baptiste Lepoutre, Adjoint aux mestres de camp
François-Joseph de Solages, Adjoint aux mestres de camp
Jean-Baptiste de Lamberterie, Médecin de camp
Joseph Convert, Intendant de camp

Maîtrise du CEP Guide :
Hélène Fréreau, CNEg – Mestre de camp CEP2
Claire Joulaud, ACneg réglementation – Mestre de camp CEP1
Abbé Lamballe CR de branche Verte 
Clémence Hoffman (ACneg mission Altaïr)
Amélie de la motte ACneg vidéo
Marie ASTRIE

ETN Montagne :
Véronique Dupré, Cheftaine de l’ETN Bouquetin
Sylvain Bureau, Equipier
Florence Dumoulin, Equipière

 

LG avec le concours d’Amélie Lamotte, Hélène Fréreau, Victor Liautaud et Fabien Pitois

 

Reportage photos : père Gaspard Craplet, Amélie Lamotte, Claire Joulaud  et Baptiste Lepoutre