Du 31 octobre au 3 novembre 2019, les guides-aînées des Guides et Scouts d’Europe ont marché vers Paray-le-Monial, guidées par Sainte Jehanne d’Arc.

                Depuis quarante ans, les guides-aînées de toute la France et même d’Europe, se retrouvent pour leur rassemblement de la Toussaint. Depuis 1983 il se tient à Paray-le-Monial, ville où Jésus a révélé son Sacré-Cœur à Sainte Marguerite-Marie au XVIIe siècle. Cette année, les françaises ont eu la joie de partager leur route avec leurs sœurs suisses, belges, luxembourgeoises, allemandes et roumaines. Certaines ont fait jusqu’à 24 heures de voyage pour vivre ce temps fort, que ce soit en service ou comme pélerines !

                Après deux jours de marche, les pélerines se sont retrouvées pour assister à une grande et belle veillée organisée par l’Equipe Technique Nationale Expression (équipe spécialisée dans l’animation d’événement et la création de veillée). En écho au thème d’année, le jeu scénique retraçait la vie de Sainte Jehanne d’Arc.

                Arrivées à Paray-le-Monial, près de 1 000 guides-aînées, le cœur plein de joie et émerveillées par la fraternité scoute, ont pu découvrir et approfondir la pédagogie dédiée aux aînées, les mille et unes façons de servir le mouvement, ainsi que l’histoire de Paray-le-Monial. Le point phare de ces temps d’échange et d’enseignement était la conférence de Blanche Streb, docteur en pharmacie et directrice de la formation et des études chez Alliance VITA.

                Un week-end pour marcher, se découvrir, découvrir les autres et se former. Mais aussi pour prier et confier son année au Sacré-Cœur de Jésus grâce à la veillée d’adoration du samedi soir dans la Basilique de Paray-le-Monial.

                Si les guides-aînées pilotes, âgées de 17 à 19 ans, et les jeunes cheftaines, ont pu se ressourcer lors de ces quelques jours, c’est aussi grâce aux guides-aînées en service de 19 ans et plus. Cheftaines d’unités, commissaires nationales, de province, de district, membres d’Equipes Techniques Nationales, elles se sont données sans compter avant et pendant le rassemblement.

 

Adélaïde Hecquet

ETN reportage-presse