Route Tout Terrain à vélo par le Feu de Paris et de la Brie

Elles, se sont les guides-aînées du Feu de Paris et de la Brie.

Paris, vendredi 4 mars – Gare St-Lazare : Tôt le matin une trentaine de guides-aînées équipées «  de pied en cap » ou si vous préférez des pieds à la tête, avec vélos, casques, sacoches, et gilets jaunes de Feu (personnalisés, s’il vous plaît !), montent dans un train, direction Evreux.

En route pour une route particulière de trois jours à vélo. Elles ne le savent pas encore mais elles vont vivre trois jours incroyables de joie, de partage, de rire, de maux de dos et de tête, de prières et de découvertes sur les pas de Sainte Thérèse de Lisieux.

Première difficulté accrocher les vélos, à la verticale, dans le train sans gêner les autres passagers… A la sortie de la gare, une longue voie verte les guide jusqu’à l’abbaye du Bec-Hellouin lieu du bivouac pour la nuit. N’est pas « coureurs du Tour de France qui veut ! ». Pas de mécanos à disposition et les premières péripéties ne tardent pas à arriver, il faut s’habituer à l’exercice du vélo ! Heureusement des pauses régulières avec goûter sont là pour encourager.

En fin d’après-midi, la vieille tour de l’abbaye – tour ressemblant d’ailleurs de façon troublante à celle de « Downton Abbey » (ndlr : série britannique au succès ) pour la plus grande joie de certaines – se dressait derrière un bosquet : « nous y voilà ! ». Vêpres, moment lumière, dîner puis veillée avant de pouvoir trouver un repos bien mérité.

Le lendemain fut vraiment rocambolesque !

Clotilde, Jeanne, Sibylle, Félicité et Juliette racontent :
« Dès le matin, le vélo de Clotilde nous fit une scène, mettant en évidence de nombreux problèmes techniques (la chambre à air s’est-elle sentie négligée ?) . Pour le vélo donc, mais aussi pour cette équipe et la CF qui était avec elle, à chaque pause, l’atelier réparation était mis en place : analyse des dégâts, réparation, regonflage ! Nous avons alors fixé un code : lorsque le pneu était à plat ou pour tout autre problème, nous devions crier « Espérance ! », (qui était d’ailleurs le thème de notre journée!). Les madeleines avalées, le répertoire habituel chanté, et voilà l’équipe repartie. Le reste du Feu préparait pendant ce temps-là le déjeuner, jusqu’à ce que cette équipe arrive – toujours avec le sourire. Nous avons déjeuné toutes ensembles, partageant nos aventures respectives.

Après être reparties équipe par équipe, à peine sorties du village, un cri retentit : « Espérance ! » Nous nous sommes arrêtées près d’une belle mare d’eau pour tester les chambres à air, nous en avions trois. Une seule chambre à air fût déclarée fonctionnelle, celle de la dernière chance ! Certaines GA prirent l’initiative de débuter un chapelet afin que la prière nous apporte force et courage. Une fois « la chambre à air d’or » remise, et le vélo sur roue, nous sommes reparties. Évidemment dix minutes plus tard… « Espérance ! » Heureusement, nous étions toutes très motivées, joyeuses, attentives et serviables, chantant, rigolant… Nous slalomions entre la grêle, la pluie, le soleil, le vent. Pendant que la première partie du Feu déjà arrivée préparait le dîner, une religieuse vint chercher notre sœur GA et son étrange vélo.

A présent équipée de lampes frontales, l’équipe pouvait repartir à vive allure mais… tout à coup…. « Hyper espérance !! » un vélo déraille, « Oh non, ma chaîne est cassée.. ! » Mais aucun découragement : la réaction de toute l’équipe fût un énorme éclat de rire, nous voilà reparties à pied pour la dizaine de kilomètres restant, en chantant à tue tête dans la campagne normande. Mais voilà qu’une invention de Jeanne accéléra le rythme : faire de la patinette pour aller plus vite : C’est tout simple il suffit de mettre son pied droit sur la pédale gauche et de patiner. Quelques kilomètres et une montée plus loin voilà tout le Feu arrivé chez les sœurs de Rocques et le sourire est présent sur tous les visages ! Après un bon dîner et une belle veillée, quelle belle nuit nous avons passée ! Le mot qui résume si bien cette belle journée est évidemment ESPERANCE.. !

Le lendemain descente de la belle côte à vélo ou… en patinette pour rejoindre la ville natale de la petite Thérèse, Lisieux, où nous sommes allées à la messe au Carmel et recueillies devant la châsse de Sainte Thérèse. Nous avons eu le temps de nous laisser imprégner de la vie de Sainte Thérèse, au musée, puis aux Buissonnets, maison d’enfance de la carmélite et visiter la grande basilique. Une belle journée, avec de beaux temps fraternels, avant de sauter dans notre train qui retournait à Paris, la tête remplie de souvenirs.

« Depuis que j’ai compris qu’il m’était impossible de rien faire par moi-même…, j’ai senti que l’unique chose nécessaire était de m’unir de plus en plus à Jésus et que le reste me serait donné par surcroît. En effet, jamais mon espérance n’a été trompée »
Sainte Thérèse de Lisieux

Chères sœurs guides, chers frères scout, gardez courage, gardez le sourire, gardez espoir ce sont vos plus belles armes.

Clotilde et Jeanne, Sibylle, Félicité et Juliette
pour le Feu de Paris et de la Brie

 

” Car il n’est que l’Espérance pour animer notre cœur…”

Reportage photos © Feu de Paris et de la Brie