« Le scout/la guide est fait pour servir et sauver son prochain »

Loi scoute – art. 3

 

Habituellement il/elle est infirmière, chef d’entreprise, agent de voyage, étudiant… Depuis le confinement il/elle est devenu couturier, aide-soignant, transporteur, livreur, logisticien…

Le 17 mars, tandis que le président de la République annonce le confinement strict,  les Guides et Scouts d’Europe d’Eure et Loir ont répondu présent en gardant toujours à l’esprit les paroles de la promesse et de la loi scoutes : « (…) aider mon prochain en toutes circonstances (…) », « Le scout/la guide est fait pour servir (…) ».

Il y a bien sûr les cours à domicile, pour les parents, à assurer en parallèle du télétravail. Tout de même le ralentissement, voire l’arrêt des activités professionnelles génèrent du temps libre qu’il « était évident de mettre à profit pour rendre service ».

Voici quelques portraits parmi tant d’autres.

Pour Catherine, infirmière libérale, le service a commencé par « quelques allers/retours pour emporter les courses d’un ami pour sa maman en résidence ». Ensuite elle s’inscrit sur la réserve sanitaire et est rapidement contactée par une clinique pour le service de soins de suite et de rééducation (SSR) et par un EHPAD. « J’y ai travaillé le WE des Rameaux et le dimanche de Pâques qui étaient les WE les plus difficiles pour eux en personnel. Un brin de buis pour une résidente et tout mon cœur pour ces admirables équipes et ces résidents confinés. »

Commissaire de District Guide Adjointe

Pour Emmanuel et des proches, chefs d’entreprises devant fermer pour un temps, le post Facebook d’un hôpital publié le 12 mars les interpellent : « On n’a plus de blouses ! ». Spécialiste du commerce de gros, Emmanuel devient recruteur de bénévoles (couturiers confirmés et débutants), livreur puis gestionnaire d’un point de stockage. En 1 mois, un réseau fort de 1 190 bénévoles a distribué 11 320 blouses dans les services de santé du Val d’Oise, des Yvelines, de l’Oise et de l’Eure. « Un bel exemple de collaboration et de mise en œuvre des bonnes volontés. »

Chef de Groupe Scout

Raphaël est agent de voyage. Son activité depuis le confinement ? Professionnellement, pas grand-chose à ajouter ; bénévolement, les heures ne se comptent plus ! Il s’inscrit sur la réserve citoyenne et, à l’appel de sa paroisse, sur le service dans les banques alimentaires. « Les bénévoles habituels des banques alimentaires sont majoritairement des personnes âgées. Estimés population à risque, les paroissiens plus jeunes ont été appelés pour maintenir ce service ». En famille il lance également un atelier de confection de masques et sur-blouses et a embarqué plusieurs chefs de groupes de son district dans l’aventure.

Chef de District Scout Adjoint

Etudiant en master 1 en droit et licence politique à Paris, stagiaire au moment du confinement, Mathieu se retrouve au chômage technique.

« Pas question de rester dans mon canapé ! »

Ce cri du cœur est entendu en premier lieu par ses parents, médecins militaires. A l’heure où tous les services de santé ne sont pas équipés pour tester les prélèvements de suspicion de COVID-19, Mathieu devient chauffeur-livreur. Il effectue les aller/retour entre les centres non équipés et les centres équipés.

« Ca soulage le personnel soignant qui peut se concentrer sur son cœur de métier ».

Assistant Chef de Clan

Commissaire de District d’Eure et Loir, Loic LACHAISE a servi d’intermédiaire dans la réalisation de ce projet en créant un contact entre l’hôpital Louis Pasteur de Chartres et les scouts.

« J’ai donc été contacté par l’hôpital pour savoir si nous pouvions avoir des chefs et cheftaines majeurs pratiquement tous les jours, j’ai donc fait un appel  et beaucoup ont répondu présent. Je suis assez fier de dire qu’à nous seul, nous étions capable de gérer l’intégralité du planning des 15 jours.» 

Un service qui a contenu différentes composantes: « Nous étions chargés de faire une filtrage à l’entrée et de guider les personnes tout en faisant appliquer les précautions sanitaires.  Parfois nous avons dû gérer les échanges entre les familles à l’extérieur et les patients.»