Scouts catholiques, juifs et musulmans se sont rassemblés  mercredi 10 juin pour participer à l’inauguration de la plaque à la mémoire de Jonathan Sandler à Versailles. Originaire du Chesnay, à côté de Versailles, ce père de famille fut assassiné avec ses enfants Gabriel et Arié à Toulouse en 2012 par Mohammed Merah, dans l’école Ozar Hatorah où il enseignait la religion. Un square de la ville de Versailles porte aujourd’hui son nom. A la demande de Samuel Sandler, père de la victime et président de la communauté juive de Versailles, des jeunes du quartiers, originaires de différents mouvements scouts, attachés au vivre ensemble et à la découverte de l’autre, sont venus témoigner en chantant devant les officiels rassemblés pour l’occasion : « Qui peut faire de la voile sans vent, qui peut quitter son ami sans verser de larme ». En introduction, une jeune Guide d’Europe  a joué un morceau de violon en solo. La participation des différents mouvements scouts à cette inauguration est à l’image de ce jardin public, dont la situation géographique, à côté d’une école, entre un quartier résidentiel et des logements sociaux « appelle au dialogue, à la compréhension réciproque, à la transmission d’une mémoire de paix », selon le maire de Versailles François de Mazières.