JOURNAL DES JMJ 2016 – N°3

BC-JMJ_BC22554

Il était attendu depuis dimanche, le Pape François est arrivé à Cracovie. Il a salué la foule immense de jeunes présents et leur a adressé son premier discours. “C’est Jésus qui nous a convoqués à ces trente-et-unièmes Journées Mondiales de la Jeunesse ; c’est Jésus qui nous dit : « Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde » (Mt 5, 7). Heureux ceux qui savent pardonner, qui savent avoir une cœur compatissant, qui savent donner le meilleur d’eux-mêmes aux autres. (voir discours complet ci-après)

Le ton était donné devant des milliers de jeunes qui après les situations difficiles qu’ils venaient de vivre attendaient un message. c’est plein d’espérance qu’ils ont à leur manière applaudis et remercier le Saint Père.

Servir aux JMJ ! C’est ce que près de 2000 Guides et Scouts d’Europe font pendant ces journées mondiales de la Jeunesse. Abnégation, humilité, sens du service et don de sa personne… pas facile lorsque l’on est une jeune ou un jeune de 18 ans de s’oublier pour les autres, d’accepter de ne pas assister aux activités de cette semaine “extraordinaire” pour donner son temps et sa disponibilité au service des autres. Coup de chapeau à tous ces jeunes et … Merci. “Chef, que je sois toujours considéré comme de service” n’est plus une phrase vaine mais une réalité que l’on touche du doigt pour servir Dieu.

Accueil Pape

Accueil du Pape par les Routiers


L’équipe des « Tintin » reporters aux JMJ a recueilli quelques témoignages :

De notre envoyé spécial à Cracovie :  Thomas Solomiac – Clan St Louis

Routier pour … Servir !

Ce matin, le clan saint Louis de l’Essonne est allé rendre service au park Jordana à l’ouest de Cracovie. Le service consistait à se rendre sur les différentes entrées du parc par petits groupes pour renseigner les JMJistes et leurs indiquer les différents lieux de confession et d’adoration pour mieux les guider.

Les routiers étaient aussi chargés de la surveillance des entrées.

Pour mieux vivre la fraternité scout et pour mieux rentrer en contact avec les pèlerins du monde entier, chaque équipe étaient composé de routiers et guides ainées de différents pays : Pologne, Espagne, Italie, France, …

Ainsi chaque pèlerin un peu perdu pouvait trouver des renseignements utiles dans sa propre langue !

Enfin, chaque équipe étaient unies dans la diversité : chaque membre de l’équipe apprenait aux autres un chant de son pays.

L’une des équipes a même prié l’angélus en quatre langues différents avant d’entamer le Salve Regina en latin, langue universelle de l’Eglise pour clore cette belle matinée de service.

De notre envoyé spécial à Cracovie :  Jean-Yves de Miceli – Clan St Louis

Services et scènes de vie aux JMJ

Reportage photo © Béatrice Leconte CNF – AGSE

La nuit à Krakow Beach

« Chantez, priez, célébrer le seigneur »

Cette phrase devient la devise de Krakow Beach ce soir. Devant près de 30 000 personnes, Glorious vient de faire vivre un moment de louange et de prière à tout ces jeunes réunis.

Ils nous invitent à faire comme le roi david : Louer le Seigneur de tout notre cœur avec notre voix et notre corps. « nous élevons les mains vers toi »

Et tous les français ont la même réaction par ce concert « je suis dans la joie, une joie immense ».

Un concert de joie, de louange, une merveille ! 30 000 jeunes qui se tournent vers le seigneur.

Pour Amandine de Tours, ce moment de louange au sein des JMJ est une vrai source de bonheur.

De notre envoyé spécial à Cracovie :  Jean-Yves de Miceli – Clan St Louis

Le sanctuaire de la divine miséricorde

Lieu incontournable de Cracovie, le sanctuaire de la divine miséricorde est une place de conversion et de bonté divine « il faut absolument y aller » commente le père Benoit de la fraternité missionnaire de notre dame des neiges « c’est un vrai lieu de grâce ».
Francesca, originaire de Turin, vient de passer une deuxième journée au sanctuaire car elle a ressentie énormément de joie. Jan, venant de Sao Paulo, confie être arrivé en touriste et sorti de la basilique en pèlerin. Même chose chez les « anciens », la joie est toujours présente. Comme pour Hermena et Louis arrivant de Bordeaux qui viennent à Cracovie après Cologne, Madrid et Rio. Pour eux les JMJ sont « un évènement indescriptible tellement il y a de joie et de foi » et le sanctuaire de la miséricorde fait « sentir cet amour que Dieu a pour nous tellement fort que notre âme s’en renverse ».

Lieu de grâce, de bonté, de miséricorde, ce sanctuaire où se trouve la tombe de sainte Faustine amène le pèlerin au plus près du seigneur.

De notre envoyé spécial à Cracovie :  Guillaume Legrand – Clan de la Brie, ACPr communication Ile de France

Rencontre avec Lisandro Concatti et le père Aldias

Lisandro, tu travailles aujourd’hui pour le service radio du Vatican, quelle est exactement ton activité et quel sont les enregistrements que tu leurs envois ?
Durant les JMJ après être passer par Rome où on m’a présenté Radio Vatican, il m’a été demandé de faire des micro-interviews, de prendre des photos et de les envoyer tous les soirs à Rome à la section espagnol.

C’est la première fois que tu viens au JMJ, quelle impression en as-tu ?

C’est la première fois que je viens au JMJ, c’est un évènement incroyable qui me permet de rentrer en contact avec des jeunes qui ont la même foi que moi et me sentir plus proche encore plus de Jésus.

PereAldias

Père Aldias, vous accompagnez ce jeune et avez créé un mouvement de scout en argentine ?

Je suis conseiller religieux du camp école de la province de Toulouse depuis de nombreuses années et les hasards de Dieu m’ont amené en Argentine pour accomplir mon ministère comme prêtre. Sur la paroisse où je suis actuellement, il y a déjà trois ans que j’ai monté le mouvement. Nous avons choisi avec un chef, qui m’a été miraculeusement envoyé, d’utiliser la pédagogie Scout d’Europe puisque c’est celle que je connais et il était très heureux puisqu’il voulait faire du scoutisme. Maintenant nous avons trois patrouilles et je suis ici avec une jeune fille de la paroisse pour qu’elle entre en contact avec d’autre guides pour monter une patrouille libre. L’aventure à commencée, elle continuera.

Vous utilisez la pédagogie Scout d’Europe, quel est votre lien aujourd’hui avec l’UIGSE ?

Nous sommes totalement en lien, moi je suis chef breveté Mc Laren et j’ai été autorisé à recevoir le renouvellement de la promesse du chef de troupe avant la promesse des premiers scouts. Le chef de troupe à également participé l’année dernière au camp des douze étoiles à Cologne avec les commissaires généraux et nationaux pour prendre contact et actuellement nous profitons des JMJ pour rencontrer des mexicains qui souhaitent rejoindre l’UIGSE. Nous avons une réunion vendredi matin pour voir ce qui peut être fait et Martin Hafner, le commissaire fédéral, et Franziska Harter, Secrétaire de l’U.I.G.S.E., nous ont confié le soin de gérer tout les contacts avec l’argentine donc nous leurs envoyons le livre blanc et les principes pédagogique que nous appliquons au sein de l’UIGSE.

Aleksandra OLECHOWSKAInterview d’Aleksandra OLECHOWSKA

Propos recueillis par Guillaume Legrand – Clan de la Brie, ACPr communication Ile de France – Photo : © Guillaume Legrand – AGSE

La Pologne est une jeune fédération affiliée à l’UIGSE, il y a environ 4500 membres.

Comment es-tu devenu commissaire de district ?
On m’a demandé de prendre ce service et je n’avais pas d’arguments contre. Donc j’ai répondu oui à ce service.

Comment as-tu été amenée à servir pour les JMJ ?
Je suis également cheftaine de feu, en Pologne ces deux fonctions sont réunis. Je suis en service avec elles. À Varsovie il y a deux districts et deux feux par district. Nous avons deux cent soixante dix louveteaux, louvettes, guides et scouts. Et une cinquantaine d’aînées et chef d’unités dans le district dont j’ai la charge.

Quelles sont tes impressions sur ces JMJ en Pologne ?
Je suis heureuse d’être ici, c’est la première fois que je participe aux JMJ et j’étais un peu inquiète. Mais le début se passe bien et je profite de chaque jour. Comme je me suis occupé de la coordination de la création du carnet de camp scout. J’ai pu vraiment profiter de l’échange international et de l’aide de Catherine Meyer, responsable communication de l’équipe des pélicans pour les JMJ et Paolo Morassi pour aboutir à ce beau résultat. L’atmosphère des réunions de préparation était très positive et joyeuse.

 

Paroles de volontaires !

  • Vivre l’universalité de l’Eglise est l’expérience extraordinaire des JMJ que nous vivons chaque jour à Cracovie – Béatrice
  • La foi et l’enthousiasme des jeunes ravivent notre propre espérance – Isabelle
  • Être au service des pèlerins venus du monde entier est une grande joie, et le faire entourée de nos frères et Soeurs scouts d’Europe la rend encore plus belle – Claire
  • Quel bonheur de voir tous ces jeunes heureux, priant et chantant, en direction de Dieu pour crier leur espérance et leur foi – Marie
  • Que de belles rencontres tout au long de ces JMJ ! De la joie, une foi incroyable au Rdv. De quoi changer notre vie de chrétien ! Pierre
  • Des sourires resplendissants la joie du Christ, voici l’ambiance des JMJ ! Hélène
  • Les JMJ sont extraordinaires, pouvoir partager avec tous ces jeunes du monde entier notre foi, toujours dans la joie et la bonne humeur ! – Clothilde
  • Notre idéal scout est d’être pleinement généreux et de vivre un véritable état de service, gratuit, dans l’abnégation. Ces JMJ  sont une occasion pour nous de vivre plus généreusement notre exigence d’état de vie. Ces JMJ sont une occasion pour nous d’approfondir notre sens de l’engagement et notre unité de vie. Une occasion pour mettre notre corps au service de notre intelligence, notre intelligence au service de notre discernement, notre discernement au servi de des autres; et tout cela offert pour l’amour de Dieu – Marc André
  • Aller à la rencontre des jeunes du monde entier et témoigner de notre engagement scout et de notre foi sont les moments forts des JMJ – Fabrice

    L’Equipe Technique Nationale photo est sur place
    pour nous proposer chaque jour un florilège d’images des temps forts des JMJ

Messe d’ouverture

Salut du Pape François et premier discours

Premier discours du Pape François aux jeunes à son arrivée à Cracovie

Chers jeunes, bon après-midi,

Enfin, nous nous rencontrons ! Merci pour ce chaleureux accueil ! Je remercie le Cardinal Dziwisz, les évêques, les prêtres, les religieux, les séminaristes et tous ceux qui vous accompagnent. Merci à ceux qui ont rendu possible notre présence ici aujourd’hui, qui se sont dépensés pour que nous puissions célébrer la foi.

Sur sa terre natale, je voudrais remercier spécialement saint Jean-Paul II, qui a rêvé et a donné l’impulsion à ces rencontres. Du ciel, il nous accompagne en voyant tant de jeunes appartenant à des peuples, des cultures, des langues si diverses, avec un seul motif : célébrer que Jésus est vivant au milieu de nous. Et dire qu’il est Vivant, c’est vouloir renouveler notre désir de le suivre, notre désir de vivre avec passionne fait de le suivre. Y a-t-il meilleure occasion pour renouveler l’amitié avec Jésus que de renouveler l’amitié avec Jésus qui renforce l’amitié entre vous ? Y a-t-il meilleure manière de renforcer notre amitié avec Jésus que de la partager avec les autres ? Y a-t-il meilleure manière de faire l’expérience de la joie de l’Évangile que de vouloir ‘‘propager’’ sa Bonne Nouvelle dans tant de situations douloureuses et difficiles ?

C’est Jésus qui nous a convoqués à ces trente-et-unièmes Journées Mondiales de la Jeunesse ; c’est Jésus qui nous dit : « Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde » (Mt 5, 7). Heureux ceux qui savent pardonner, qui savent avoir une cœur compatissant, qui savent donner le meilleur d’eux-mêmes aux autres.

Chers jeunes, ces jours-ci la Pologne est en fête ; ces jours-ci la Pologne veut être le visage toujours jeune de la Miséricorde. De cette terre, avec vous et aussi unis à de nombreux jeunes qui aujourd’hui ne peuvent pas être ici, mais qui nous accompagnent à travers les divers moyens de communication, tous ensemble nous ferons de ces journées une vraie fête jubilaire.

Au cours de mes années en tant qu’évêque, j’ai appris une chose : il n’y a rien de plus beau que de contempler les désirs, l’engagement, la passion et l’énergie avec lesquels de nombreux jeunes affrontent la vie. Lorsque Jésus touche le cœur d’un jeune, d’une jeune, ceux-ci sont capables d’actions vraiment grandioses. Il est stimulant de les écouter partager leurs rêves, leurs interrogations et leur désir de s’opposer à tous ceux qui disent que les choses ne peuvent pas changer. C’est un don du ciel de pouvoir voir beaucoup d’entre vous qui, avec vos interrogations, cherchent à faire en sorte que les choses soient différentes. Il est beau, et cela me réconforte, de vous voir si enthousiastes. L’Église aujourd’hui vous regarde et veut apprendre de vous, pour renouveler sa confiance dans la Miséricorde du Père qui a le visage toujours jeune et ne cesse pas de nous inviter à faire partie de son Royaume.

Connaissant la passion que vous mettez dans la mission, j’ose répéter : la miséricorde a toujours le visage jeune. Car, un cœur miséricordieux a le courage d’abandonner le confort ; un cœur miséricordieux sait aller à la rencontre des autres, il parvient à embrasser tout le monde. Un cœur miséricordieux sait être un refuge pour celui qui n’a jamais eu une maison ou l’a perdue, il sait créer une atmosphère de maison et de famille pour celui qui a dû migrer, il est capable de tendresse et de compassion. Un cœur miséricordieux sait partager le pain avec celui qui a faim, un cœur miséricordieux s’ouvre pour recevoir le réfugié et le migrant. Dire miséricorde avec vous, c’est dire opportunité, c’est dire demain, engagement, confiance, ouverture, hospitalité, compassion, rêves.

Je veux aussi vous confesser une autre chose que j’ai apprise au cours de ces années. Je suis meurtri de rencontrer des jeunes qui ont l’air de ‘‘retraités’’ précoces. Je suis préoccupé de voir des jeunes qui ont ‘‘jeté l’éponge’’ avant de commencer la partie. Qui sont ‘‘résignés’’ sans avoir commencé à jouer. Qui marchent, le visage triste, comme si leur vie n’avait pas de valeur. Ils sont des jeunes fondamentalement ennuyés… et ennuyeux. Il est difficile, et en même temps cela nous interpelle, de voir des jeunes qui consacrent leur vie à la recherche du ‘‘vertige’’, ou de cette sensation de se sentir vivants par des chemins obscurs qu’ensuite ils finissent par ‘‘payer’’… et payer cher. Cela fait réfléchir lorsque tu vois des jeunes qui perdent les belles années de leur vie et leurs énergies en courant après les vendeurs de fausses illusions (dans mon pays natal nous dirions ‘‘vendeurs de fumée’’) qui vous volent le meilleur de vous- mêmes.

C’est pourquoi, chers amis, nous sommes réunis pour nous aider réciproquement, car nous ne voulons pas nous laisser voler le meilleur de nous-mêmes, nous ne voulons pas permettre que les énergies, la joie, les rêves nous soient volés par de fausses illusions.

Chers amis, je vous pose la question : voulez-vous pour votre vie ce ‘‘vertige’’ aliénant ou voulez-vous sentir la force qui vous fera sentir vivants, pleins ? Vertige aliénant ou force de la grâce ? Pour être pleins, pour avoir une force renouvelée, il y a une réponse ; ce n’est pas une chose, ce n’est pas un objet, c’est une personne et elle est vivante, elle s’appelle Jésus Christ.

Jésus Christ est celui qui sait donner une vraie passion à la vie, Jésus Christ est celui qui nous porte à ne pas nous contenter de peu et à donner le meilleur de nous-mêmes ; c’est Jésus Christ qui nous interpelle, qui nous invite et nous aide à nous relever chaque fois que nous baissons les bras. C’est Jésus Christ qui nous pousse à élever le regard et à rêver haut.

Dans l’Évangile, nous avons écouté que Jésus, tandis qu’il allait à Jérusalem, s’arrête dans une maison, celle de Marthe, de Marie et de Lazare – qui l’accueille. En passant, il entre dans leur maison pour être avec eux ; les deux femmes accueillent celui dont elles savent qu’il est capable de s’émouvoir. Les nombreuses occupations nous font ressembler à Marthe : actifs, distraits, toujours en train de courir par-ci, par-là, mais souvent nous sommes aussi comme Marie : devant un beau paysage, ou devant une vidéo envoyée par un ami à notre cellulaire, nous nous arrêtons pour réfléchir, à l’écoute. Durant ces jours des JMJ, Jésus veut entrer dans notre maison ; il verra nos préoccupations, notre agitation, comme il l’a fait avec Marthe… et il attendra que nous l’écoutions comme Marie : que, au milieu de toutes les occupations, nous ayons le courage de nous en remettre à lui. Qu’ils soient des jours pour écouter Jésus, consacrés à nous écouter, à le recevoir en ceux avec lesquels je partage la maison, la route, le groupe ou l’école.

Et celui qui accueille Jésus, apprend à aimer comme Jésus. Alors, il nous demande si vous voulons une vie pleine : Veux-tu une vie pleine ? Commence par te laisser émouvoir ! Car, le bonheur germe et s’épanouit dans la miséricorde : voilà sa réponse, voilà son invitation, son défi, son aventure : la miséricorde. La miséricorde a toujours un visage jeune ; comme celui de Marie de Béthanie, assise aux pieds de Jésus comme disciple, qui aime l’écouter parce qu’elle sait que la paix se trouve là. Comme le visage de Marie de Nazareth, lancée avec son ‘‘oui’’ dans l’aventure de la miséricorde, et qui sera dite bienheureuse par toutes les générations, appelée par nous tous ‘‘la Mère de la Miséricorde’’.

Alors, tous ensemble, demandons à présent au Seigneur : lance-nous dans l’aventure de la miséricorde ! Lance-nous dans l’aventure de construire des ponts et d’abattre les murs (de séparation et de réseaux) ; lance-nous dans l’aventure de secourir le pauvre, qui se sent seul et abandonné, qui ne trouve plus un sens à sa vie. Pousse-nous, comme Marie de Béthanie, à l’écoute de ceux que nous ne comprenons pas, de ceux qui viennent d’autres cultures, d’autres peuples, également de ceux que nous craignons parce que nous croyons qu’ils peuvent nous faire du mal. Fais que nous tournions le regard, comme Marie de Nazareth avec Elisabeth, vers les personnes âgées pour apprendre de leur sagesse.

Nous voici, Seigneur ! Envoie-nous partager ton Amour miséricordieux. Nous voulons t’accueillir durant ces Journées Mondiales de la Jeunesse, nous voulons affirmer que notre vie est pleine lorsqu’elle est vécue à partir de la miséricorde, que la miséricorde est la meilleure part, et que jamais elle ne nous sera enlevée.