JOURNAL DES JMJ 2016 – N°4

Deux millions de jeunes de plus de 200 pays ont répondu à l’appel du Saint Père pour se rendre aux Journées Mondiales de la Jeunesse organisées cette année en Pologne. Il leur était proposé, en cette année de la Miséricorde, de venir prier, louer, chanter autour du thème “Heureux les miséricordieux car ils obtiendront miséricorde” (Mt 5,7).

Les Guides et Scouts d’Europe ont largement répondu présents, au travers des diocèses français en tant que pèlerins, et comme volontaires en service au sein de l’organisation mise en place par  l’Union Internationale des Guides et Scouts d’Europe. Pour ces derniers, cela a demandé un effort tout a fait particulier où les qualités d’abnégations, d’humilité, de don de soi étaient indispensables. “C’est sûr que l’on ne vit pas les JMJ de la même manière, car souvent nos missions ne nous permettaient pas d’assister aux activités” confiait ce jeune équipier-pilote d’un clan parisien. “Pas toujours facile à accepter sur le moment mais avec le recul on se dit que c’est ça le service, donner pour les autres”
Coup de chapeau et un grand merci à toutes celles et ceux qui ont œuvré dans l’ombre, et par leur service ont permis à d’autres de vivre dans les meilleures conditions ces JMJ.

Pour Marcin et Quentin, en charge de l’organisation, ce fut particulièrement éprouvant, mais ils ont tout donné à cette mission qui leur a été confiée. Retour sur

Marcin Kuczaj (Pologne) Chef de Camp

EC-JMJ-IMG_2019

Quentin Hallay (France) Adjoint de Marcin, et membre du Pélican, l’équipe française d’organisation

Marcin et Quentin, deux voix de Routiers et un seul but : servir le Christ à travers les frères scouts.

Rencontre avec Marcin Kuczaj (Pologne) Chef de Camp, et avec Quentin Hallay (France) Adjoint de Marcin, et membre du Pélican, l’équipe française d’organisation

Au Camp Scout International de l’UIGSE JMJ de Cracovie 2016

Marcin et Quentin, merci de nous accorder un peu de temps pour répondre à nos questions alors que votre temps est déjà bien pris avec l’ouverture et l’accueil de ce Camp Scout International de l’UIGSE ouvert pour les JMJ à Cracovie. Conçu spécialement pour répondre à la demande de volontaires par l’organisation des JMJ, ce camp accueille plus de 1500 Routiers et Guides-Aînées de 8 nations appartenant l’UIGSE. Deux lieux de bivouac distincts situés en pleine nature et au centre de la ville de Cracovie qui permettent une bonne gestion des services. Ces Routiers et Guides-Aînées sont venus à la fois comme Pèlerins de la Miséricorde, et également comme Volontaires Toujours Prêts à Servir, comme le dit notre belle devise scoute.

Marcin, tu es le Chef du projet, devenu Chef de Camp. Peux-tu te présenter et nous dire comment tu t’es lancé dans ce projet ?

« Je suis polonais, de Wroclaw, et je suis scout d’Europe depuis que j’ai 10 ans, cela fait donc 19 ans. Je me suis engagé dans le scoutisme en Pologne comme Chef de Troupe, j’ai été 6 ans Commissaire National Éclaireurs, et je suis actuellement Commissaire de District. J’ai également servi au niveau international aux JMJ à Madrid en 2011, et j’ai participé à l’aventure de l’Eurojam en 2014. Participer comme scout aux JMJ à Cracovie était une évidence pour moi, et je comptais les vivre avec mon clan. Comme un chef normal ! Mais voilà qu’en novembre 2015, deux évènements se sont télescopés : un évènement professionnel et un évènement scout.

Du point de vue scout, Pawel Borowiecki, notre Commissaire Général Scout, m’a demandé, un certain jour, si je pouvais relayer le premier chef de projet, Marcin Kruk, qui pour des raisons personnelles devait transmettre le projet. Or, à ce moment-là, sur le plan professionnel – je suis ingénieur- je savais que je devais changer à plus ou moins longue échéance. La demande de Pavel m’a semblé peut-être providentielle, j’ai prié toute une journée, et j’ai demandé à Dieu de m’aider à comprendre si je devais m’engager dans ce service. Un extrait de la Bible lu ce jour-là m’a éclairé. J’ai rencontré Martin Hafner, notre Commissaire Fédéral, et ai discuté avec lui, comme j’ai parlé avec Pawel, et j’ai réfléchi pendant une semaine. Malgré une certaine peur, j’ai décidé de m’appuyer sur l’aide de Dieu et d’accepter, parce que j’ai confiance en Dieu, ce service de Chef de Projet, -de Chef de Camp maintenant, car le camp est ouvert !

Le moment où j’ai pris la décision a été très fort, parce c’était vraiment faire confiance à Dieu qui nous guide dans nos engagements, dans nos engagements scouts tout particulièrement.

Et donc j’ai démissionné de mon travail d’ingénieur, et depuis le mois de mars 2016, je travaille à plein temps pour les JMJ et le Camp Scout de l’UIGSE. Ce travail est celui de toute une équipe, qui œuvrait depuis de longs mois déjà. J’ai profité de ce qui avait été fait, et j’ai fait quelques adaptations selon les besoins du projet. De Etienne pour le site Internet, à Paolo pour le Spectacle, tous nous avons travaillé ensemble, fraternellement, et sous le regard de Dieu.

Et toi Quentin, que peux-tu nous expliquer ?

Je suis français, j’ai 21 ans et moi aussi je suis scout depuis l’enfance. Actuellement je suis CT à la Ve Marine de Vannes, depuis deux ans, et je continue l’année prochaine. Je suis étudiant en École d’Ingénieurs, je suis en 3e année à l’ESTACA, en région parisienne, et je devais trouver un stage à l’étranger pour la fin de l’année universitaire. En 2014, j’ai participé à l’Eurojam, j’y ai servi, dans les équipes Logistique, et cette expérience est un très bon souvenir. Depuis plusieurs mois je participai à la préparation des JMJ pour l’AGSE, avec l’équipe du Pélican, autour de Pierre Nogueira, équipe au sein de laquelle je suis plus particulièrement chargé des transports. En début d’année 2016, j’ai eu l’opportunité de faire coïncider ma recherche de stage et mon service scout : l’UIGSE a accepté ma demande de stage professionnel dans le cadre de la gestion des transports pour les JMJ, et mon école a accepté ce stage. En avril, j’ai donc eu des premiers contacts avec Marcin, avec lequel je travaille donc sur place, à Cracovie, depuis le mois de juin. Marcin m’a également confié la responsabilité du sous-camp Routiers, divisé en quatre bivouacs Polonais, Italien, Français et International. Je resterai à Cracovie jusqu’au 4 août. Le week-end suivant c’est le début du camp de ma troupe !

Marcin et Quentin, qu’est-ce que cela signifie pour vous de travailler ensemble « scoutement » sur ce projet UIGSE pour les JMJ 2016 à Cracovie ?

Quentin : L’équipe française est venue deux fois à Cracovie, en novembre 2015, et en avril 2016. En novembre, nous avons aperçu Marcin, ce n’est que plus tard que nous avons fait connaissance par mail, puis nous nous sommes rencontrés lors de la deuxième réunion. Mon stage n’était toujours pas encore validé, mais ce n’est pas une vraie difficulté.

Marcin et Quentin (dans un grand sourire) : Ah, la première difficulté a été la langue ! Parce que moi (Quentin) je voulais parler anglais et moi (Marcin) je voulais parler français…

Combien de langues parlez-vous ?

Marcin : je parle polonais, anglais, français, espagnol et un peu l’allemand et l’italien.

Quentin : je parle français, anglais, … et je commence à parler polonais ! Tak !

Marcin : Mais nous avions en commun la confiance en Dieu tout de suite.

Quentin : Oui la confiance en Dieu, et la confiance l’un en l’autre : notre Loi est la même, c’est la Loi scoute.

Marcin : Et dans ce monde où tout change, je voulais partager avec Quentin, avec toute l’équipe de préparation, et avec tous les Scouts d’Europe, cette confiance en Dieu, pour le projet, et pour le camp.

Quentin : Au travers les différentes expériences dont nous avons parlé, il est évident que la confiance en les personnes est quelque chose de fondamental. Et le fait que nous soyons scouts favorise la confiance et la connaissance de la personne qu’on a en face de soi ; être à l’étranger, travailler avec d’autres personnes qui sont concentrés, et pour certaines depuis des mois, sur d’autres facettes du projet… c’est bien plus facile entre scouts !

Marcin : Car être scout c’est aussi travailler en équipe. Et l’équipe reçue de mon prédécesseur a été la colonne vertébrale du projet. Tous scouts ! Beaucoup de polonais, Etienne, Paolo, l’orchestre. Tous les chefs de commission sont polonais depuis le début.

Pendant les études, je n’ai eu que quelques cours sur la gestion de projet, la gestion des personnes, mais j’ai eu beaucoup d’expériences, de projets professionnels et de projets scouts. Et puis, c’est un autre point commun avec Quentin, tous les deux nous sommes ingénieurs, et nous avons étudié les transports !

Marcin et Quentin : Donc nous avons en commun, l’Eurojam, les transports, une étape dans la vie professionnelle ou d’étudiant, l’engagement et le service scouts, la confiance en Dieu. Nous avons été capables de quitter notre vie « normale » pour travailler sur un projet qui va finalement servir à beaucoup !

Et aujourd’hui, nous sommes heureux de voir le camp ouvert !

Un dernier mot Marcin ?

Marcin : Le moment où j’ai pris la décision a été très fort, parce c’était vraiment faire confiance à Dieu qui nous guide dans nos engagements, dans nos engagements scouts tout particulièrement.

Il y a quelque chose d’essentiel dans nos cœurs, à Quentin, à moi, à nous tous : nous vivons un camp de scouts aux JMJ, et cela change tout, absolument tout. Parce que je sais que nous travaillons pour 1500 personnes qui vont travailler elles-mêmes comme Volontaires, qui vont s’engager dans les paroisses, les catéchèses, les sanctuaires, la sécurité, l’animation de l’Adoration, la distribution d’eau. Qui vont s’engager comme scouts, au service de Dieu et de leurs frères. Avec Dieu. Et c’est une joie !

IsabelleNicpon

“Je vous explique les filles !” Isabelle Nicpon © Benoit Eude – AGSE

Le point du vue d’Isabelle !

La vie de camp expliquée à mes collègues

  • Messe et petit déjà, choix cornélien : catéchèse ou douche ?
  • Raison et élévation de l’esprit
  • Douche quand même, on tente d’y être seule
  • Repas et découverte des plats polonais
  • Nouveaux choix
  • Repas et gestion des voulchers
  • Veillée ???
  • Moments lumières
  • Toilettes et pq
  • Mât de camp
  • Uniforme
  • Étendre son linge
  • Silence de la nuit
  • Selfie avec les cardinaux
  • Chaise longue / tapis de sol

Quelques jours de vie de camp déjà. La fatigue commence à se faire un peu sentir et les nuits courtes se succèdent. Les jours qui restent sont bientôt plus courts que ceux à venir. On n’est pas encore de retour mais déjà on se demande ce que l’on va pouvoir bien raconter en rentrant. Comment expliquer le camp, et déjà juste l’idée d’avoir voulu venir.

Un seul mot d’ordre, « servir » en scout pour vivre ensemble ces jours particuliers. Etre pèlerin aussi mais pas seulement. Ça c’est la pub !

Vous voulez savoir comment c’est « en vrai » ? Suivez le guide !

Déjà, Cracovie, cela se gagne ! Ne croyez pas qu’il suffise de monter dans un avion et de choisir un hôtel. Pas besoin d’avoir des miles en stock . 24, 36, 50 heures de bus pour ceux qui ont décidé que crever un pneu n’était pas suffisant, autant en mettre deux ! Le pèlerin part de chez lui…et peut mettre du temps pour arriver.

Une fois arrivés, encore un petit effort : ça monte pour le camp puis il faut planter sa tente dans un des carrés des nations. On aligne les tentes du mieux possible, bien serrées pour être certain qu’il y ait de la place pour tout le monde ….et quand tout le monde est là, on réalise que nous tenons sur même pas une moitié de terrain. Pas le courage de démonter et de remonter plus au large. Les feux sont ensemble et font des échanges : qui a de la ficelle de rab, une sardine peut servir à deux tentes, la corde à linge devient communautaire… Le bivouac s’organise.

Premiers rayons de soleil vers 5.30 : le soleil se lève à l’est et encore plus tôt très à l’est ! Tentation de se rendormir un peu mais le camp s’éveille avec les premiers départs pour les services. A 7.00 on renonce. De toutes manières la messe est à 8 h.

Commence le dérouillage du matin, en fait juste le fait de s’habiller dans une tente. C’est clair, les testeurs de tente de nos magasins de fournitures préférés font moins d’un mètre cinquante. Les tentes sont faites pour des louveteaux. Au-delà on a le choix entre soulever le toit de la tente ou se tortiller allongé pour enfiler une jupe culotte, une chemise, etc… l’option « je sors de la tente à moitié habillée » fonctionne aussi notamment pour quelques nations sœurs…

Pour le Pélican
Isabelle NICPON (Commissaire de province Guides Bourgogne — Franche-Comté)

Interview du Père Boguslaw mugit, conseiller religieux fédéral de la FSE

Père Boguslaw migut

Père Boguslaw migut

De nos envoyés spéciaux à Cracovie : Erwan du Cleuziou et Aymeric Roucher.

Bonjour mon Père, vous êtes le conseiller religieux fédéral de la FSE. Pouvez-vous, en quelques mots, vous présenter et nous dire quel est votre rôle dans l’organisation des JMJ ici à Cracovie ?
Je suis le père Boguslaw migut (un nom très compliqué ! ). Boguslaw est le prénom. C’est assez intéressant car c’est une traduction d’un nom grec signifiant : celui qui loue dieu. Je suis le conseiller religieux fédéral donc mon rôle est d’être ici et prier, de m’occuper des liturgies et toutes les choses liées à la vie religieuse.

Selon vous, quelle est l’importance du rôle des scouts dans les JMJ ?

Le mot d’ordre chez les scouts est le service. Nous devons chercher dans tous les domaines dans lesquels nous pouvons servir. C’est donc la mise en pratique de notre mot d’ordre d’être prêts à servir. Dans le contexte de l’année de la miséricorde, on découvre cette grâce par le service. D’une certaine manière, en servant les autres, nous découvrons que Dieu est vraiment miséricordieux et qu’il nous donne la grâce de pouvoir servir.

Life’s camp – Vie de camp au sous-camp Guides-Aînées
Camp Scout International UIGSE Krakow 2016

Par le Feu Sainte Marie Amandine de Schakkerbrock

« Pour nous c’est fête

Quand sur nos têtes

Notre drapeau flotte bien haut … »

Debout Guide-Aînée, il est temps de découvrir le monde entier réuni à #Kraków2016 pour les #JMJ ! Réveil au son de l’Angelus de l’équipe voisine, débarbouillage pour les unes – merci les Skauci Europi pour les super douches ! – récupération du pain pour le PDDM au « Wydawanie chleba » ou « Bread Magazine » pour les autres … être organisées, c’est la clef pour une vie d’équipe sereine.

Sur le trajet, on salue les sœurs Guides-Aînées que l’on croise, une fois en italien, une fois en français, le plus souvent en anglais …. Et on se met même au polonais « Czuwaj ! » histoire d’être à la hauteur de l’accueil que nous avons reçu ici.

À gauche et à droite, on voit des petits groupes de GA qui se sont retrouvées dans le camp et qui échangent quelques nouvelles … ou partagent les bons plans : quel Feu a plein de pinces à linge ? Où est la tente des #Pélicans ? Quelle est la meilleure heure pour la douche ? De temps en temps, on croise une chorale improvisée, ou un Conseil d’équipe tout aussi animé. Les langues sont différentes, mais les éclats de rire sont les mêmes, signe audible et visible de la fraternité qui nous unit.

Et la journée défile, avec ce constant va-et-vient des différents Feux qui partent ou reviennent d’un service, d’un pèlerinage, d’une visite, d’un rassemblement autour du Pape, d’une Messe, d’une « Reconciliation Zone », d’un évènement du Festival de la Jeunesse, d’une Catéchèse autour d’un évêque … ou d’un restau !

Le soir nous réunit encore une fois. Petite papote dans la queue pour les douches, échanges d’anecdotes autour d’une bonne lessive des chemises, repas en unité … la journée a été longue, belle, joyeuse, et emplie de grâces. Merci Seigneur !

« Chut plus de bruit c’est la ronde de nuit …. » Bonne nuit, demain nous recommencerons !

José Bernado Garza Castillo scout mexicain
présent aux JMJ avec les Scouts d’Europe comme volontaire

ArtMexicain ArtMexicain2

Bonjour José Bernado Garza Castillo! Pouvez-vous vous présenter ?
Oui, je m’appelle José Bernado Garza Castillo. Je suis mexicain et je fais partie de l’association des « scouts catholiques du Mexique”. Je suis Routier et j‘ai 21 ans.

Pourquoi votre association se joint-elle à l’Union Internationale des Guides et Scouts d’Europe ?
La première raison et la principale est qu’il existait déjà une association de scoutisme au Mexique, la ASMAC, l’Association des Scouts du Mexique AC, mais qui n’assurait pas selon nous, une formation catholique suffisante. Les Scouts catholiques du Mexique ont décidé de s’affilier au Vatican et au pape par l’intermédiaire de l’UIGSE afin d’être directement associé à l’Église et pouvoir être reconnu comme catholique.

La deuxième raison est de pouvoir s’aider de ressources pédagogiques déjà existantes, livres de formations, etc.

Enfin l’idée est aussi de revenir au scoutisme traditionnel selon la vision de Baden Powell en insistant sur la nécessité d’un scoutisme ouvert à toutes les classes sociales, en particulier aux plus pauvres pour leur donner accès à une meilleure formation humaine et chrétienne.

Qui sont les membres fondateurs et combien êtes-vous ?
Le fondateur se nomme Raul Garza Sloan et c’est mon grand-père. Nous sommes environ 150 scouts.

Pouvez-vous expliquer vos insignes ?
Les scouts portent la chemise correspondant à la couleur de la branche, jaune, verte, ou rouge. Jaune qui symbolise la graine, Verte la plante qui croît et Rouge, le fruit mûr. Notre foulard porte les couleurs de la paix : blanc et bleu. La croix sur la chemise est la même que la croix des Scouts d’Europe, mais avec la couleur du Mexique, le vert en fond. Le saint patron du mouvement est Saint Jacques de Compostelle. Nous ne portons pas le drapeau du Mexique, mais nous portons le logo de notre paroisse du Christ sur la Montagne. Je me sens très fier d’appartenir au premier groupe fondé au Mexique.

Un dernier mot ?
Pour finir, nous pensons que la chose la plus importante est d’avoir l’approbation ecclésiastique.

Merci pour votre témoignage et bonnes JMJ !
Merci, vous de même !

Propos recueillis puis traduis par Thomas Solomiac, « Tintin Reporter » et équipier-pilote au Clan Saint Louis de l’Essonne (91), Province N-D Royale, à Cracovie, le 27 Juillet.

José Bernado Garza Castillo scout mexicano
que sirve como voluntario con los Scouts de Europa.

¡Hola José Bernado Garza Castillo!, ¿Puedes presentarte?

Sí, me llamo José Bernado Garza Castillo. Soy mexicano y pertenezco a la asociación de los “Scouts Católicos de México”. Soy Rover y tengo 21 años.

¿Por qué tu asociación se integra en la Unión Internacional de Guías y Scouts de Europa?
La primera razón y la principal es que ya existió una asociación de escutismo en México, la ASMAC, la Asociación de Scouts de México AC, pero que no asegura una formación católica suficiente.

Los Scouts Católicos de México decidieron unirse al Vaticano y al Papa directamente para quedar asociados a la Iglesia con el apoyo de la UIGSE.

La segunda razón es el deseo de ayudarse de recursos pedagógicas de la UIGSE como libros de formación.

Por fin, se trata también de volver a la idea del escultismo tradicional según la visión de Baden Powell: abrir el escutismo a todas las clases sociales en particular a las más pobres para darles el acceso a una formación humana y católica.

¿Quiénes el fundador y cuantos miembros sois?
El fundador se llama Raúl Garza Sloan y es mi abuelo. Somos cerca de 150 Scouts.

¿Puedes explicar las insignias?
Los scouts llevan la camisa que corresponde con el color de su rama: amarillo, verde, o rojo. El amarillo simboliza la semilla, el verde simboliza la planta que crece y el rojo representa los frutos. Nuestra pañoleta tiene los colores de la paz: blanco y azul. La cruz sobre la camisa es la misma que la cruz de la UIGSE, pero con los colores de México en el fundo. El patrono del movimiento es Santiago de Compostela. No tenemos la bandera de México, pero llevamos la insignia de la Parroquia: El Cristo de la Montaña. Me siento muy afortunado de pertenecer al primer grupo fundado en México.

Para terminar, pensamos que lo más importante es contar con la aprobación eclesiástica.

¡Muchas gracias y buenas JMJ!

EC-JMJ-IMG_2718

Le spectacle d’évangélisation et l’orchestre de l’UIGSE

De notre envoyé spécial à Cracovie : Baptiste Delignières – Clan de la Brie à Wolnica Square

Des volontaires, acteurs, danseurs, musiciens et techniciens de l’Union Internationale des Guides et Scouts d’Europe nous ont donné rendez-vous Jeudi soir pour un « spectacle d’évangélisation », en centre ville de Cracovie.

La trame principale était la vie de plusieurs saints, ce qui donnait à cet événement une ambiance de veillée scoute. Des vies remarquables telles que celles de Sancti Benedicti, Catharina Senencis, Sainte Brigitte ou encore Don Bosco nous étaient mimées par des ombres chinoises se découpant sur un drap coloré.

Aucune voix, seule la litanie de l’orchestre UIGSE se faisait entendre. Point d’orgue du spectacle : l’ultime bataille et la capture de Jeanne d’Arc, sur une reprise de « Conquest of Paradize » (Vangelis). Malgré une pluie persistante, les fans encapuchonnés étaient bien présents pour féliciter nos musiciens et demander un bis.

Chapeau bas donc à notre orchestre, qui a su poser l’ambiance du spectacle par leur musique, aussi bien que le ferait la bande son d’un film.

L’orchestre de la Fédération du Scoutisme Européen est une initiative française mais est, depuis peu, ouvert à nos frères et sœurs scouts de toute l’Europe. Notre envoyé spécial a pu recueillir le témoignage d’un musicien pour vous partager une vision interne de l’orchestre.

Nicolas, du haut de ses 20 ans, cumule études d’ingénieur, activités de route classiques ainsi qu’une participation appliquée à l’orchestre FSE en tant que trompettiste et tromboniste depuis 2 ans.

Ses collègues et lui, venant des quatre coins de la France, et à présent de Pologne et Allemagne, se retrouvent et répètent ensemble à l’occasion des grands évènements Français ou Internationaux (Paray-le-Monial, Vézelay, Eurojam…). Un camp musical d’une semaine est organisé chaque été (il faut les comprendre, ils n’ont pas encore eu le courage de partir sur la grand-route en transportant leurs violoncelles).

« Au cours de ces évènements, il s’est formé un noyau dur de l’orchestre mais de nouveaux éléments sont accueillis régulièrement », signale Nicolas.

Leurs répétitions ont été particulièrement éprouvantes pendant ces JMJ allant parfois jusqu’à 8 heures dans la journée. La veille du spectacle, ils ont travaillés presque sans pause de 7h à 16h.

D’après Nicolas, la beauté de cet orchestre réside dans son hétérogénéité. Des musiciens de niveau intermédiaire à professionnels travaillent ensembles bénévolement, et grâce à cela, les musiciens les moins expérimentés connaissent une grande marge de progression !

Pour Nicolas « lors des concerts publics, l’orchestre montre le scoutisme sous un autre regard ». Il aurait donc quelque part « une vocation d’évangélisation ». Une si belle musique produite par des musiciens en uniforme, il faut dire que cela attire l’attention !

Remerciements à Nicolas et Caroline pour leurs témoignages

 

Le Spectacle de l’UIGSE en 5 mn et 3 questions

Jeudi 28 juillet, plus de 1000 personnes sont réunies Place Wolnyca pour vibrer ensemble devant le spectacle grandiose des guides et scouts d’Europe. Un évènement du Festival de la jeunesse à l’occasion des JMJ 2016 à Cracovie. Préparé depuis de longs mois par une équipe internationale de 150 Routiers et Guides-Aînées, acteurs, choristes, musiciens et chef d’orchestre, metteurs en scène, techniciens et artistes, sous la direction de Paolo Morassi, et répété plus de 40 heures depuis une semaine, ce spectacle est une vraie fresque vivante de l’Histoire de l’Église en Europe. Il est aussi le témoignage de la foi, de la fraternité et des compétences des Scouts d’Europe.

Pélican Com’ a rencontré quelques-uns des membres de l’équipe, juste avant le spectacle et leur a posé en 5 mn 3 questions.

Pourquoi as-tu voulu participer à ces JMJ comme scout et comme artiste ?

Jurate KUPARAUSKAITE, Lithuania, spectacle : « Pour notre équipe de Lituanie, participer à ces JMJ comme artiste a été un vrai challenge ! Nous avons bénéficié de la formation Expression de Bruno Borde, et nous avons eu le grand désir de mettre en application tout ce qu’il nous a apporté ! Nous n’avons encore jamais exprimé nos talents en dehors du cercle scout et c’est un véritable défi que notre Feu de 12 guides-ainées a choisi de relever ! ».

Camille TAHER, France, Chef d’orchestre : « Initialement, je voulais juste venir aux JMJ avec les Scouts d’Europe. Puis m’est tombée dessus la demande de rendre le service de Chef d’orchestre. Au début, j’ai trouvé cela très difficile ! Mais j’ai accepté ».

Raffaele DICORATO et Francesco RUSSO, Italie, spectacle « Le Scoutisme c’est une famille, et c’est pour vivre cet esprit de famille que nous avons voulu participer à ce spectacle. C’est un spectacle de notre famille scoute, « beau Clair et Joyeux » … Nous avons hâte de voir ce soir le résultat de ce très long travail de préparation. »

Paolo MORASSI, Italie, Coordinateur du projet : « Ce projet est celui de l’UIGSE depuis octobre 2014 : offrir aux JMJ de Cracovie un spectacle scout. Petit à petit l’idée a pris forme, un appel a été lancé, et j’ai décidé de me proposer pour ce service. J’ai d’abord travaillé avec Marcin Kruk, le premier chef de projet, puis avec Marcin Kuczaj quand il a pris la suite. Je suis le coordinateur du projet, et comme tous ceux de l’équipe, j’ai beaucoup reçu, nous avons tous progressé en capacités de souplesse, d’adaptation, et de planification ! ».

Qu’est-ce qui a été le plus difficile finalement pour monter ce projet ?

Paolo : « Le fait que les différents Feux et Clans qui participent au projet ne se soient jamais rencontrés avant notre arrivée à Cracovie. Nous n’avons eu qu’une semaine, pour un temps court de préparation commune. Il y a eu plusieurs difficultés que nous n’imaginions pas au début et cela a été un beau défi de les résoudre ensemble. Encore ce matin, nous avons ajusté l’accord musical entre les acteurs et l’orchestre ! Exemple, mourir sur scène avec un fond musical, cela ne se fait pas n’importe comment [éclats de rire de tous] ; tu ne peux pas mourir sans le bon fond musical ! »

Camille : « À l’orchestre nous avons grandi en adaptabilité, c’est sûr ! Tout était dans la précipitation, du choix des partitions, aux dernières répétitions. C’est un peu frustrant, car nous savions que nous pouvions mieux faire. »

Raffaele et Francesco : « Nous sommes des Routiers italiens, et nous faisons le spectacle avec des guides-aînées italiennes, mais aussi avec des Feux et des Clans d’autres nationalités européennes. Nous comprendre les uns les autres n’est pas toujours facile car nous ne parlons pas toutes les langues ! »

Jurate : « D’abord, nous nous demandons vraiment à quoi va ressembler concrètement le spectacle que nous préparons depuis si longtemps ! Et il y a un peu de trac ! Ensuite, notre Feu est un Feu Inter-Maîtrise constitué pour les JMJ. Toutes nous avons le désir de continuer à le faire vivre à notre retour. Nous nous demandons : comment continuer à vivre, et faire vivre, après ces moments, ce que nous avons reçu avant et pendant les JMJ » ?

Viviana SARTORI, Italie, spectacle : « Nous avons eu surtout deux difficultés : au début, comprendre ce qui nous était demandé et puis, pendant les mois de préparation, nous avons toujours eu le sentiment de ne pas avoir assez de temps. Aujourd’hui, nous craignons de ne pas être suffisamment préparées. »

Ce soir les spectateurs, scouts, pèlerins, habitants de Cracovie, touristes, seront nombreux. Plus de 1000 sont attendus. En un mot, une expression, pouvez-vous nous dire ce que vous souhaitez leur offrir, leur transmettre ?

Viviana : « Fraternité ! La fraternité vécue et construite dans l’UIGSE ! »

Jurate : « Le Beau, la beauté pour les yeux et pour les oreilles, pour les cœurs. »

Camille : « La foi ! Nous voulons témoigner de notre foi. »

Raffaele et Francesco : « La confiance ! Tous nous pouvons changer et nous améliorer. »

Paolo : « La joie ! Que tous reçoivent la joie ! Et que tous les participants au spectacle de l’UIGSE soient heureux et fiers de leur travail. »

EC-JMJ-IMG_2696 EC-JMJ-IMG_2702

EC-JMJ-IMG_2713

 

Samedi 30 juillet

Veillée avec le Pape

BE-JMJ-IMG_9426

Reportage en direct de l’équipe Pélican enfin arrivée dans le carré des Volonteers

Nous sommes bien arrivés, la zone des Volontaires n’est pas encore très remplie. Il y a des animations de temps en temps, et nous avons même un peu de réseau WIFI !

Nous avons mis plus de 2h30 pour arriver au Campus Misericordiae, d’abord 30 mn de tram, bondé ! puis 2h bonnes heures de marche soutenue. Tout le Pélican est réuni, hormis Catherine ECHARD du Pélican, qui accompagnée de Béatrice LECONTE CNF, de Marie CHAPON, ACNF, de Isabelle NICPON CPr, et de Claire JEANJEAN qui soutient le Pélican, qui font partie du service de garde au Camp scout International comme Benoît JEANJEAN, Fabrice ECHARD et Marc-André SCHMIDT, ce dernier devant être relayé par Pierre NOGUEIRA pour la journée de dimanche.

Le Pélican est impressionné par le nombre d’images du Pape affichées partout dans Brzegi. Des oriflammes aux couleurs de la Pologne et du Vatican flottent au vent, brise rafraîchissante appréciée de tous. Rafraîchissante également l’eau dont les habitants arrosent les milliers de pèlerins qui affluent, voici les tuyaux de jardinage polonais transformés en brumisateurs qu’apprécient grandement les marcheurs.

Le Pélican et les Routiers et Guides-Aînées ont tous pu recevoir les packs de nourriture et d’eau qui leurs étaient destinés, mais cela a été un peu difficile, il faut le reconnaître. Maintenant installés à 500 m. environ du gigantesque podium, au milieu des Volontaires de toutes nations, au plus près de là où sera le Pape, les Scouts d’Europe savourent cette attention qui a été portée par les organisateurs. Il y a même des tentes montées par l’Armée, dans lesquelles ceux qui se dévouent depuis des jours, des semaines, des mois, peuvent prendre un peu de repos. Parmi les Routiers, certains ont été en service jusqu’à 4 fois !

À quelques heures de l’arrivée du Pape, l’ambiance est joyeuse, festive, détendue, pour les presque 2000Guides et Scouts d’Europe et pour les 16000 autres Volontaires, comme pour les centaines de milliers de jeunes du monde entier. Il est temps pour tous de se préparer à accueillir, pour la veillée, le Pape François !

Quentin HALLAY pour le Pélican

La Divine Miséricorde

Année de la Divine Miséricorde, Journées Mondiales de la Jeunesse dont le thème est « Heureux les miséricordieux car ils obtiendront miséricorde », sanctuaire de la Divine Miséricorde : le mot « miséricorde » est mis à l’honneur cette année. Mais savons-nous vraiment le définir ?

Pour le père Benjamin Dewitte (en mission à Argenteuil), il faut en revenir à la racine hébraïque « a rahman » qui signifie « entrailles », « sein maternel », « maternité ». La miséricorde divine est l’amour inconditionnel de Dieu pour nous. Dieu est un père avec un cœur de mère : « Je t’aime parce que tu es ».

Si la Divine Miséricorde est difficile à voir pour nous qui avons souvent le cœur fermé, plusieurs indices montrent sont existence. Toutes les fois où nous souffrons, il s’y cache un manque d’amour : brouille, séparation, trahison, rupture, …  Au contraire, nos plus grandes joies se trouvent dans l’amour : amitié, famille, couple. Nous avons en nous une soif d’amour insatiable. Et comme dirais Pascal : « seul un absolu peut combler une soif d’absolu ».

Et cet absolu à déjà combler cette soif de l’amour, rappelle le père Marek Varga (de Slovaquie). La plus belle preuve de l’amour de Dieu pour nous se trouve sur la croix où Jésus est venu nous sauver du pêché. Nous avons pourtant du mal à accepter de don. Pourtant la miséricorde trouve sa source dans l’amour, le don de soi sans faille, sans retour, le fait de ne rien attendre en échange.

Mais alors, comment pouvons nous être nous aussi miséricordieux, comme Jésus nous l’a demandé ? Les deux pères sont unanimes là-dessus : il faut avoir une belle vie intérieur et spirituelle. Il faut accepter l’autre, voir en lui le fils du Père. Et alors, les actes suivront.

Ces Journées Mondiales de la Jeunesse sont là pour nous rappeler l’importance de la miséricorde dans la société et nous faire partir à la suite du Père sur ce chemin .

Propos recueillis par Jean-Yves de MICELI au sanctuaire de la Divine Miséricorde

Morceaux choisis d’images réalisées par Equipe Technique National de photographes 
et la participation amicale de nombreux photographes
Un grand Merci à eux pour leur travail !

ETNphoto

L’ETN photo en action © Guillaume Ceintre – Clan de la Brie – AGSE