Le scoutisme : Une école de transition à l’éducation écologique par les actes

Nous sommes au XXIème.  Siècle. L’histoire que nous vivons, celle que nous écrivons, nous montre au travers de symptômes climatiques alarmants, les enjeux d’aujourd’hui et de demain sur la route d’un environnement toujours plus menacé chaque jour. Il en va de même pour l’ensemble de nos ressources naturelles.

Les Etats de manière générale, ont pris la pleine mesure de ces enjeux au travers de réunions mondiales, typiquement la « COP 21 » qui fut organisée à Paris en 2015 et dont 117 pays ont signé les accords visant notamment à miser de plus en plus sur les énergies renouvelables à grande échelle, mais également à soutenir les pays en voie de développement. Les enjeux et les équilibres économiques, géostratégiques et autres lobbyings  de notre planète, sont de véritables fléaux à la transition nécessaire et progressive des comportements afin de préserver notre environnement naturel aujourd’hui mais surtout pour demain.

Le défi qui se présente à nous à une échelle plus modeste mais tout aussi responsable, est celui d’observer, de comprendre et d’agir, chacun et tous ensemble à modifier nos comportements au quotidien dans ce souci du respect de notre environnement et dans un délai relativement court.

Plus encore, il s’agit de prendre conscience nous-mêmes, mais également de viser à transmettre aux plus jeunes, ces réflexes, ces comportements, faits de « petits-riens » qui conjugués les uns aux autres tous les jours et par tous, permettront de mieux appréhender ces enjeux écologiques et environnementaux pour nos enfants et l’ensemble des générations à venir. C’est une véritable transition comportementale, une formidable croisade écologique qui doit se mettre en marche dès aujourd’hui. 

Des valeurs écologiques à la défense de notre environnement, l’éducation des plus jeunes est le plus beau des remparts, mais aussi des vecteurs, à faire naître une posture de transition comportementale, sociologique, culturelle et spirituelle au cœur de cette association inexorable qui existe entre l’œuvre de Dieu sur terre et notre devoir de lucidité à regarder mais aussi à voir en chaque merveille que nous contemplons chaque jour, cette œuvre de notre Créateur.

Le Scoutisme est précisément l’un de ces vecteurs, l’une de ces opportunités de transition, où par l’éducation « en pleine nature » nous pouvons résolument transmettre, faire apprendre ou réapprendre à lire notre environnement, à le comprendre, à le contempler pour mieux en mesurer sa richesse et par une prise de conscience collective de cette beauté divine, faire naître en chacun de ces enfants, l’envie, la volonté et la détermination dans l’action de vouloir la préserver, loin d’un monde digital et de plus en plus virtuel et individualiste.

De manière plus concrète, le Scoutisme génère par sa pédagogie, un engagement à « Servir » dans cet esprit de respect écologique. Nettoyer des plages de toutes formes de pollutions avant la saison estivale, débroussailler des sous-bois dans le cadre de la prévention des incendies de feux de forêts, mais aussi nettoyer et ramasser les déchets et autres détritus laissés par des promeneurs dénués de tout civisme, sur des sentiers de randonnées… sont quelques exemples de gestes collectifs et précieux à la préservation de ce merveilleux et divin patrimoine.

Au-delà de cette notion de « Service », pilier du scoutisme, la pédagogie scoute elle-même apprend et sensibilise les jeunes à savoir décrypter son propre environnement naturel. Observer la faune et la flore d’une région, être capable de tracer des croquis de végétaux, d’animaux, observer et écouter la nuit, les étoiles, apprendre à écouter et reconnaître un chant d’oiseau, apprendre à s’ouvrir aux autres et se rapprocher un peu plus chaque jour de notre Seigneur, sont autant de richesses que les Guides & Scouts d’Europe vivent et entretiennent toute l’année dans le cadre de leurs activités.

Dans sa lettre encyclique « Laudato Si’ », le Saint-Père François aborde largement la sauvegarde de la « Maison Commune ». (N°211), le Pape François nous invite à considérer cette éducation comme vocation à créer une véritable « Citoyenneté écologique » mais qui bien souvent se contente d’informer sans vraiment inciter au passage à l’acte et concrétiser un comportement, une attitude écoresponsable par la vertu : « C’est seulement en cultivant de solides vertus que le don de soi dans un engagement écologique est possible. » 

Ce lien spirituel évident entre la richesse de cette nature que Dieu nous a confié et notre devoir d’en prendre soin pour sans cesse la préserver, doit s’inscrire dans un véritable relai d’éducation entre la famille, pilier de l’apprentissage et berceau de la transmission de valeurs et de connaissances, avec la pédagogie et les jeux scouts. 

 La mise en application de ces valeurs, de ces réflexes, de ces comportements écoresponsables lors des activités scoutes tout au long de l’année, viennent consolider et faire naître ainsi une posture de transition en phase, culturellement, spirituellement avec l’ultime nécessité de préservation de nos richesses naturelles et ainsi relever le défi des enjeux écologiques et environnementaux de demain.

C’est véritablement par cette force de conviction, de penser que nos efforts à tendre vers des comportements écoresponsables porteront singulièrement leurs fruits et d’abonder dans un sentiment d’accomplissement de soi, d’utilité et de véritable responsabilité de transmission aux plus jeunes, porteurs de l’espoir de conservation de notre « Maison Commune ».

Marc FISCHER
CDS du Val d’Argens
Province de Provence

Janvier 2018

© Xavier de Monneron – ETN photo – Guides et Scouts d’Europe