Mais pourquoi marcher 25 kilomètres sous le soleil et par 27 degrés de chaleur ? Ce n’est pas uniquement pour savoir si on est capable de réaliser des croquis topographiques et panoramiques et d’atteindre le lieu de bivouac toutes  les trois ensembles. Car carte en main sans boussole,  ce n’est pas si évident que ça : on peut en faire des kilomètres dans la mauvaise direction. Mais quel plaisir de découvrir les bords de Rance, d’entendre l’eau du ruisseau avant de le découvrir, fabriquer du pain, dormir à la belle étoile…On rencontre des petites grand-mères dans leurs jardins qui nous remettent bien volontiers sur notre chemin, nous offrant au passage, sirop de grenadine et petits gâteaux. On apprend à se dépouiller en portant le strict minimum dans son sac à dos ; à s’entraider dans les difficultés, à méditer. Un raid 1ère classe, c’est découvrir l’esprit de la Route : renoncer à son égoïsme, à son confort, rechercher ce qui est difficile et vouloir vivre autrement.